Accéder au contenu principal

Empêtré dans un scandale sexuel, le vice-Premier ministre australien démissionne

Le vice-Premier ministre australien, Barnaby Joyce (à gauche), regarde son Premier ministre, Malcolm Turnbull (à droite), le 5 juillet 2016, à Sydney.
Le vice-Premier ministre australien, Barnaby Joyce (à gauche), regarde son Premier ministre, Malcolm Turnbull (à droite), le 5 juillet 2016, à Sydney. William West, AFP

Le numéro deux du gouvernement australien, Barnaby Joyce, a annoncé vendredi qu'il démissionnerait après une polémique sur sa liaison extra-conjugale avec une ex-collaboratrice et des accusations de harcèlement sexuel.

PUBLICITÉ

Le vice-Premier ministre de l'Australie, Barnaby Joyce, a annoncé, vendredi 23 février, qu'il allait démissionner de son poste à la suite d'un scandale sexuel.

Barnaby Joyce, 50 ans, est dans la tourmente depuis plusieurs semaines et la révélation de sa liaison avec une collaboratrice de près de 20 ans sa cadette, qui attend aujourd'hui son enfant. Lors d'une conférence de presse, il a affirmé qu'il survivrait à la tempête médiatique relative à sa liaison extra-conjugale, mais a estimé que sa position était devenue intenable vendredi, avec désormais des accusations de harcèlement sexuel.

Chantre des valeurs conservatrices, Barnaby Joyce avait dû reconnaître une liaison avec Vikki Campion, son ancienne conseillère médias âgée de 33 ans. Son épouse Natalie, dont il est désormais séparé après 24 ans de mariage, et ses quatre filles s'étaient dites dévastées.

Fervent catholique, Barnaby Joyce a fait campagne pendant les élections sur les valeurs familiales et était, en tant que leader du Parti national, l’un des piliers de la coalition conservatrice constituée avec le Parti libéral du Premier ministre Malcolm Turnbull.

Devenu connu pour s’en être pris aux chiens de Johnny Depp

Le vice-Premier ministre australien, qui s'était forgé une notoriété internationale en menaçant de faire euthanasier les chiens de la star américaine Johnny Depp entrés illégalement en Australie, a annoncé qu'il se retirerait lundi prochain de la présidence du Parti national. Il a en revanche affirmé qu'il n'abandonnerait pas son mandat de député, permettant ainsi au gouvernement de conserver sa minuscule majorité parlementaire d'un siège.

La décision de démissionner a été prise après qu'une accusation de harcèlement sexuel a été formulée contre lui, a-t-il expliqué aux journalistes. Un porte-parole du Parti national a précisé que Barnaby Joyce a été mis indirectement au courant de l'accusation de harcèlement sexuel et qu'il la considère comme "infondée et diffamatoire".

La plainte a été envoyée au Parti national, a annoncé l'un de ses dirigeants. Joyce a demandé à ce que cette plainte soit transmise à la police, a précisé un porte-parole.

Le Parti national doit désormais élire son nouveau chef, qui deviendra l'adjoint de Malcolm Turnbull en vertu des termes de l'accord de coalition signé avec le Parti libéral. Ce dernier a annoncé la semaine dernière interdire désormais les relations sexuelles entre les ministres et leurs collaborateurs ou collaboratrices.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.