Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

JO-2018: l'équipe de France de skicross repart bredouille

© AFP | Le Français Arnaud Bovolenta 6e en skicross aux JO de Pyeongchang le 21 février 2018

PYEONGCHANG (CORÉE DU SUD) (AFP) - 

Ni podium ni même finale: les Bleues du skicross n'ont pas eu plus de succès vendredi que les garçons mercredi et quatre ans après le triplé masculin de Sotchi, les JO de Pyeongchang se terminent sur un constat d'échec pour l'équipe de France.

Il faudra donc se contenter de la 6e position d'Arnaud Bovolenta et de la 5e place d'Alizée Baron, loin des objectifs annoncés, loin des trois médailles de 2014 et loin des Canadiens, titrés chez les garçons avec Brady Leman et auteurs d'un doublé vendredi avec Kelsey Serwa et Britanny Phelan.

"C'est pas top. On est venus chercher des médailles et on rentre sans. On va réfléchir à ce qui n'a pas fonctionné", a expliqué le chef de l'équipe de skicross Michel Lucatelli après la petite finale remportée par Alizée Baron pour la 5e place.

Chez les femmes, les malheurs avaient débuté dès lundi avec la grave blessure d'Ophélie David, hors-course avant même d'avoir débuté ses derniers Jeux.

Après des 8es de finale sans histoire, c'est ensuite Marielle Berger-Sabbatel qui a été éliminée dès les quarts de finale dans une manche où évoluaient la Suissesse Fanny Smith, future médaillée de bronze, et la Suédoise Sandra Naeslund, leader de la Coupe du Monde et finalement 4e vendredi.

"Ca le fait pas. Mon quart était relevé et il ne fallait pas se planter. C'est comme ça, c'est les joies de la qualification. Il me manque juste un départ correct", a estimé la skieuse des Arcs, qui était arrivée en Corée du Sud en grande forme et visait le podium.

- 'Six ans magnifiques' -

Sur un parcours ralenti par la neige fraiche tombée dans la nuit, Alizée Baron a elle poursuivi son parcours un tour de plus, jusqu'en demi-finales, où elle a été éliminée pour avoir manqué une porte en tentant de faire l'intérieur à une de ses rivales.

"Il m'a manqué quelques centimètres mais je n'ai pas de regrets de l'avoir tenté parce que si je vais de l'autre côté, je finis 4e et loin derrière", a-t-elle raconté.

"S'il y a des regrets, c'est parce que j'étais là pour la médaille. Mais je suis contente de ma journée, j'ai skié à mon meilleur niveau. Je suis heureuse d'en être arrivée là. C'est le skicross, il ne manque rien pour aller en finale et accrocher quelque chose", a-t-elle ajouté.

Le triste bilan des Bleus du skicross à Pyeongchang pose tout de même question alors que plusieurs médailles étaient espérées. Mais athlètes et encadrement gardaient confiance "en la force de cette équipe", selon les mots de Baron.

"On a vécu six ans magnifiques avec ces athlètes-là. Il y a eu bien sûr le triplé à Sotchi, des victoires en Coupe du Monde. On a écrit une page d'histoire du skicross au niveau mondial", rappelait Lucatelli.

© 2018 AFP