Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Découvertes

Le nombre d'héroïnes au cinéma a baissé en 2017

© WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC/RATPAC ENTERTAINMENT

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 23/02/2018

Bien que mises en lumière dans certains blockbusters, les femmes sont toujours nettement moins visible sur grand écran que les hommes, et la tendance n'a pas changé pendant l'année 2017.

L'année dernière, les trois films ayant rapporté le plus d'argent au box-office étaient "La Belle et la Bête" avec Emma Watson, "Star Wars : Les Derniers Jedi" avec Daisy Ridley et "Wonder Woman" avec Gal Gadot. Même si ces blockbusters sont menés par des héroïnes, le cinéma n'a pas uniquement mis les femmes à l'honneur en 2017. Au contraire, le nombre d'héroïnes dans les films a diminué par rapport aux années précédentes. 

VOIR AUSSI : En 2017, les trois plus gros succès du box-office américain sont des films portés par des femmes

Martha M. Lauzen, directrice exécutive du centre d’étude de la représentation des femmes à la télévision et au cinéma (Center for the Study of Women in Television and Film), aux États-Unis, a étudié en détails les caractéristiques des 100 films ayant engrangé le plus de profit en 2017, et en a tiré plusieurs conclusions.

De manière générale, 58 % des protagonistes de ces longs-métrages étaient masculins, 24 % féminins et 18 % des ensembles mixtes. Du côté des personnages importants, on pouvait retrouver 63 % d'hommes contre 37 % de femmes. Et enfin, seulement 34 % des femmes de ces films ont eu le droit à des répliques, alors que 66 % des hommes pouvaient parler à l'écran. 

Les femmes de moins de 30 ans largement favorisées

En étudiant plus en détail ces 100 films, Martha M. Lauzen a également noté que, par rapport à l'année 2016, les personnages féminins étaient légèrement plus nombreux en 2017 (34 % contre 32 % en 2016) alors qu'au contraire, le nombre d'héroïnes était en baisse (24 % contre 29 % en 2016). Une réduction significative, d'autant plus que ces dernières sont largement favorisées lorsqu'elles ont moins de 30 ans, âge auquel elles commencent à apparaître de moins en moins à l'écran.

Enfin, un grand classique dans la distribution des rôles au cinéma : la place des femmes dans les différentes professions possibles. Elles sont toujours plus enclines à travailler dans le social, dans un bureau ou dans la religion, alors que les hommes, eux, sont davantage des criminels, politiciens et autres postes à responsabilité. On se retrouve donc avec des femmes sans voix, juste assez jeunes et au pouvoir limité.  

Des chiffres vraiment gênants quand on sait que le box-office a été porté par des femmes cette année, mais qu'elles peinent toujours à s'approcher d'une égalité avec les personnages masculins de manière générale. Dans l'étude, on apprend également que 68 % des rôles féminins sont tenus par des femmes blanches, 16 % par des femmes noires, 7 % par des femmes latinos et la même chose par des femmes asiatiques. Les chiffres sont à peu près similaires pour les hommes. D'autres inégalités, donc, que l'on espère voir corrigées lors des résultats du box-office 2018, qui seront disponibles en début d'année prochaine. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 23/02/2018