Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie/ armée : le grand nettoyage?

En savoir plus

LE DÉBAT

Audition de Benalla au Sénat : Police - Elysée : malaise au sommet

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les Frères Sisters", western fraternel et meurtrier

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

"This is Iraq" : rencontre avec le rappeur I-NZ

En savoir plus

FOCUS

La traque des opposants burundais se poursuit jusqu'au Kenya

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

Culture

Berlinale : le jury célèbre les réalisatrices et salue le mouvement #MeToo

© Tobias Schwarz, AFP | La réalisatrice roumaine Adina Pintilie pose avec son Ours d'Or du meilleur film pour "Touch Me Not", le 24 février 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2018

Le jury du festival du film de Berlin a décerné, samedi, plusieurs prix majeurs à des femmes réalisatrices, ou à des films montrant des femmes fortes et indépendantes, alors que le monde du cinéma est secoué par des scandales d'abus sexuels.

La Berlinale a mis les femmes à l'honneur, samedi 24 février, en décernant notamment son Ours d'or à la réalisatrice roumaine Adina Pintilie, au terme d'une édition marquée par la polémique #MeToo.

"Nous aimerions ouvrir dans le monde le dialogue proposé par le film, donc nous invitons les spectateurs à dialoguer", a déclaré la réalisatrice de 38 ans, surprise par cette récompense pour son film "Touch me Not", que la critique n'avait pas classé parmi les favoris.

Le jury, emmené par le réalisateur allemand Tom Tykwer, a également récompensé une autre femme, la Polonaise Malgorzata Szumowska, qui a remporté le Grand Prix du jury pour son film "Twarz" ("Mug") sur un jeune homme défiguré après un grave accident.

Une édition marquée par #MeToo

Sur fond d'onde de choc #MeToo, cette 68e édition du festival du film de Berlin a mis à l'honneur les femmes à l'écran, malgré la présence de seulement quatre réalisatrices en compétition sur 19 films.

"Je crois que cette semaine (de festival) l'a montré par les films présentés, réalisés par des femmes formidables et sur des femmes formidables, qui sont un peu différentes", a résumé samedi soir le directeur de la Berlinale, Dieter Kosslick.

"On riposte et je pense que c'est très bien comme cela", a-t-il ajouté dans une allusion au débat autour des agressions sexuelles contre les actrices dans le monde du cinéma.

Personnages féminins émancipés

L'actrice principale de "Las Herederas" de Marcelo Martinessi – premier film de ce réalisateur du Paraguay et premier film aussi en compétition venant de ce pays – a remporté le prix de meilleure actrice. L'œuvre dresse le tableau d'une femme s'émancipant sur le tard et d'où les hommes sont quasiment absents.

L'actrice principale s'est vu décerner le prix de meilleure actrice, elle a dédié son film aux "femmes" dans son pays "qui sont des combattantes". Le réalisateur a lui reçu le prix Alfred Bauer, en mémoire du fondateur du festival.

Wes Anderson, meilleur réalisateur

Avec son film d'animation "L'île aux chiens", Wes Anderson est reparti avec l'Ours du meilleur réalisateur. Présenté en ouverture de la Berlinale, il était un des favoris, avec "U-22 juillet", reconstitution controversée de la tuerie d'Utoya en 2011, finalement repartie bredouille.

Enfin, le jeune acteur français Anthony Bajon a été sacré meilleur acteur pour "La prière" du Français Cédric Kahn, sur d'anciens toxicomanes en quête de rédemption. Il devient ainsi le 7e acteur français primé à Berlin, après notamment Jean-Pierre Léaud et Jean-Louis Trintignant.

La polémique #MeToo au cœur des discussions

Face aux révélations sur le sort des femmes dans l'industrie du cinéma, le premier grand festival de l'année en Europe s'est posé pendant 11 jours comme "un forum" devant donner une "impulsion".

Un certain nombre d'initiatives ont été lancées parmi lesquelles la campagne "Speak Up !" pour combattre le harcèlement sexuel dans le cinéma en Europe, et dans les autres grands festivals.

Avec AFP

Première publication : 24/02/2018

  • A L'AFFICHE!

    Cinéma : les femmes à l'honneur de la Berlinale

    En savoir plus

  • CINÉMA

    #Metoo : à Hollywood, la lutte contre les violences sexuelles s'invite aux Golden Globes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "Time's up", le projet des actrices d'Hollywood pour lutter contre le harcèlement sexuel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)