Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Les désastres de l'agriculture industrielle dénoncés à la Berlinale

© AFP/Archives | Une mine de charbon au milieu de la forêt tropicale indonésienne dans la province de Kalimantan, le 7 juin 2012

BERLIN (AFP) - 

Des bulldozers détruisant la forêt vierge aux avions déversant des pesticides sur des écoles: à la Berlinale, les documentaires ont montré le lourd tribut de l'agriculture industrielle moderne, emmenant le spectateur en Indonésie, où l'on rase les forêts tropicales ou dans les champs de céréales en Argentine.

L'uniformité à grande échelle des monocultures est au coeur d'"Imperial Valley - Cultivated Run-Off", un court-métrage de 14 minutes qui filme de manière hypnotique les plantations à perte de vue à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, à l'aide d'un drone.

Accentuées par une musique électronique, les images apparaissent presque abstraites, mettant en évidence la dimension géométrique des cultures.

Pour l'artiste autrichien Lukas Marxt à l'origine de ce film, "l'idée est de montrer que nous vivons déjà dans une sorte de post-apocalypse. Il s'agit de montrer les dimensions, les retombées, les causes et aussi ironiquement, la beauté" de ces fermes industrielles qui nous nourrissent.

Les cultures à haut rendement sont la dernière forme de "commercialisation de la nature", estime Kathrin Hartmann, venue présenter à Berlin le documentaire "The Green Lie". Pour l'activiste, "ce ne sont que de vastes zones industrielles, on ne peut pas parler de nature".

Pour ses partisans, l'agriculture intensive et mécanisée permet de faire les économies nécessaires pour nourrir une planète affamée. Elle a considérablement augmenté les rendements et rendu la nourriture moins chère et accessible à un plus grand nombre de personnes dans le monde.

Mais pour ses détracteurs, elle ne fait qu'appauvrir les sols, détruire les fermes familiales ainsi que les communautés locales.

"Les monocultures nécessitent d'importantes quantités de pesticides, elles dégradent les sols et consomment énormément d'eau", souligne encore Kathrin Hartmann.

- Désert de soja -

Pour réaliser ce documentaire, elle a voyagé à travers le monde avec le réalisateur autrichien Werner Boote ("Plastic Planet", 2008 sur les dangers du plastique). Le tandem s'est rendu à Sumatra (Indonésie) où de gigantesques feux sont allumés chaque année pour défricher la forêt tropicale au profit de plantations d'huile de palme, ou au Brésil, où les autochtones sont chassés de leurs terres.

"C'est un phénomène mondial, que ce soit pour du soja, de la canne à sucre ou de l'huile de palme", explique-t-elle à l'AFP: "quelques entreprises gagnent beaucoup d'argent et font déplacer la population locale qui pratiquait une agriculture locale très différente et écologiquement durable".

Un constat également fait dans "A Journey to the Fumigated Towns" de l'Argentin Fernando Solanas, qui fait exploser le mythe du "gaucho" cavalant sur son cheval et menant les vaches aux pâturages.

Le documentaire, qui s'inscrit dans une série de 8 films décrivant les crises traversées par l'Argentine, montre l'évolution de l'agriculture du pays vers le soja et d'autres cultures transgéniques, ainsi que l'impact des produits chimiques sur la population et l'environnement.

Dans une école rurale, un enseignant évoque des élèves exposés à des avions fumigateurs, tandis que des médecins et chercheurs mettent en cause les produits chimiques dans le développement de malformations congénitales et des taux de cancer élevés.

Dans une scène marquante, l'expert agricole Adolfo Boy, partisan de l'agriculture biologique, traverse un champ de soja, sans mauvaises herbes, ni insectes, papillons ou oiseaux.

"Nous sommes dans le désert de soja", lance-t-il. "C'est pour ces maudites graines que l'Argentine a vendu son âme".

© 2018 AFP