Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Italie: démonstration de force de l'extrême droite et des antifascistes

© AFP | Manifestation à Milan de sympathisants du leader italien d'extrême droite Matteo Salvini, le 24.02.2018

MILAN (AFP) - 

L'Italie a été parcourue de manifestations politiques parfois tendues samedi, à une semaine des législatives du 4 mars, avec une démonstration de force de Matteo Salvini (extrême droite) à Milan et des milliers de manifestants antifascistes à Rome.

Parallèlement, d'autres groupes d'extrême droite ont tenu dans différentes villes du pays des rassemblements émaillés de heurts entre forces de l'ordre et contre-manifestants d'extrême gauche.

Sur le parvis de la cathédrale à Milan, c'est sur l'aria "Nessun dorma" et son épique "vincerò" (je gagnerai) final que M. Salvini est arrivé, sa fille de 5 ans dans les bras, sur le podium pour décliner son programme.

Allié avec la droite de Silvio Berlusconi pour les législatives, le patron de la Ligue ambitionne d'arriver premier au sein de cette coalition qui fait la course en tête dans les sondages afin de devenir chef du gouvernement.

"Les Italiens d'abord", a-t-il martelé samedi en s'attaquant d'abord à l'immigration et à Matteo Renzi, chef de file du centre gauche pour les élections, copieusement sifflé par la foule -- 15.000 à 20.000 personnes selon la police, 50.000 selon la Ligue -- qui agitait, sous le soleil, des drapeaux de la Ligue, de Venise ou encore de la Sardaigne.

A l'instar des autres mouvements d'extrême droite qui fleurissent en s'adressant à des populations qui se sentent abandonnées, il a promis de s'occuper en priorité "des personnes âgées contraintes de fouiller dans les cartons jetés par les supermarchés", des ouvriers victimes des délocalisations, des petits commerçants...

"Salvini représente le changement pour l'Italie. C'est un moment très important", a expliqué Diego Bazzano, militant de 30 ans de la Ligue venu de Carcare, en Ligurie (nord-ouest).

"Nous Italiens, nous n'avons plus de droits, nous n'avons plus de travail, nous ne pouvons plus accueillir tous ceux qui viennent de l'étranger et ensuite commettent des délits. Nous ne sommes plus libres de vivre comme nous le voulons", a-t-il ajouté.

C'est aussi de liberté qu'il s'est agi à Rome, où des milliers de personnes ont défilé dans le calme pour dénoncer le fascisme, un rassemblement décidé lorsqu'un militant de la Ligue a tiré sur des Africains à Macerata (centre) en représailles à un meurtre sordide attribué à des Nigérians.

- Incidents à Milan -

A l'appel l'association nationale des partisans de l'Italie, les manifestants ont défilé sous une petite pluie froide et une marée de drapeaux rouges et verts de syndicats.

"Nous sommes là pour dire non au fascisme, parce qu'il y a trop d'épisodes malsains en ce moment, il ne faut pas que ça revienne", a déclaré à l'AFP Rita Solo, 50 ans, militante du syndicat CGIL venue de Sardaigne. Derrière elle, une pancarte proclamait: "Make Italia antifascista again" (Rendez l'Italie à nouveau antifasciste).

"Les partis nationalistes font réémerger les valeurs fascistes, la peur de ce qui est différent revient. Nous les jeunes on ne peut pas céder à cette peur, sinon on va faire un bond de 100 ans en arrière", a ajouté Marta Zambon, éducatrice milanaise de 27 ans, un foulard tricolore autour du cou.

Le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, et le chef de file du centre gauche pour les élections, Matteo Renzi, ont brièvement participé à ce rassemblement qui s'est déroulé dans le calme.

En revanche, d'autres défilés ont été émaillés d'incidents. A Milan, de brefs heurts ont opposé les forces de l'ordre à des militants d'extrême gauche dénonçant la tenue d'un rassemblement de Fratelli d'Italia (extrême droite) le matin puis de CasaPound (néofasciste) en début d'après-midi.

Depuis une dizaine de jours, des policiers et des manifestants avaient été blessés dans plusieurs incidents de ce genre, en particulier à Bologne et à Turin.

A Rome, c'est lors d'un rassemblement contre la libéralisation du marché du travail orchestrée par M. Renzi que des manifestants ont tiré de gros pétards assourdissants en direction des forces de l'ordre.

Et à Palerme, en Sicile, le climat était tendu avant un rassemblement prévu à 18H00 (17H00 GMT) du groupuscule néofasciste Forza Nuova protestant contre l'agression d'un responsable local du mouvement, roué de coups mardi par des hommes masqués.

© 2018 AFP