Accéder au contenu principal

Les États-Unis ouvriront leur ambassade à Jérusalem en mai

AFP Archives

L'ambassade des États-Unis en Israël sera officiellement transférée de Tel-Aviv à Jérusalem en mai, pour coïncider avec le 70e anniversaire de la création de l'État hébreu. Pour les Palestiniens, il s'agit d'une "provocation".

PUBLICITÉ

Les États-Unis ont annoncé, vendredi 23 février, leur intention de transférer leur ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem au mois de mai, soit plus tôt que prévu, et en rupture avec la politique observée depuis des décennies par l'administration américaine.

Donald Trump avait annoncé le 6 décembre dernier que les États-Unis reconnaissaient Jérusalem comme la capitale d'Israël et avait demandé au département d'État de préparer le déménagement de la représentation diplomatique américaine en Israël. La décision du président américain a semé la discorde entre les États-Unis et l'Union européenne. Aucun autre pays ne reconnaît Jérusalem comme capitale d'Israël.

"Trump devient une partie du problème"

"Nous sommes ravis de prendre cette mesure historique et nous avons hâte par anticipation de l'ouverture de mai", a déclaré Heather Nauert, porte-parole du département d'État, en soulignant que ce transfert coïnciderait avec le 70e anniversaire de l'État d'Israël.

>> À voir : "Statut de Jérusalem, l'onde de choc mondiale"

Les Palestiniens commémorent chaque année la proclamation de l'État d'Israël, le 14 mai 1948, comme la "Nakba" (la "catastrophe" en arabe), synonyme d'exode pour des centaines de milliers de personnes jetées sur les routes lors de la première guerre israélo-arabe qui a suivi la création d'Israël.

"Faire coïncider la date avec la Nakba est une provocation pour les Arabes, les musulmans et les chrétiens", a dit à l'AFP le numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat. "Par une telle décision, l'administration Trump finit de s'isoler complètement et devient une partie du problème et non plus de la solution", a-t-il ajouté, réaffirmant que la présence de l'ambassade américaine à Jérusalem "contrevenait au droit international".

Plus tôt que prévu

Concrètement, le complexe qui abrite les activités consulaires du consulat général des États-Unis dans le quartier d'Arnona, à Jérusalem, servira de base de départ à la nouvelle ambassade. Parallèlement, des recherches ont été entreprises pour "un projet à plus long terme", selon les termes employés par Heather Nauert.

Cette ambassade provisoire accueillera les bureaux de l'ambassadeur et un personnel restreint. Fin 2019, une annexe sera ouverte sur le complexe d'Arnona, a précisé la porte-parole du département d'État.

>> À lire : "L'ONU condamne à une large majorité des votants la décision américaine"

Le consulat des États-Unis à Jérusalem-Est continuera d'accueillir les Palestiniens et, pour des raisons de sécurité, l’ambassadeur David Friedman continuera d'occuper sa résidence dans le nord de Tel-Aviv. Il fera le trajet chaque jour jusqu'à Jérusalem, a expliqué un responsable sous le sceau de l'anonymat

Ce transfert semble intervenir plus tôt que prévu. Le vice-président Mike Pence avait indiqué le mois dernier lors d'un discours devant la Knesset que le déménagement à Jérusalem aurait lieu d'ici la fin de 2019.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.