Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

Deux projets d'attentats déjoués en France depuis début janvier (Collomb)

© AFP/Archives | Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sur le perron de l'Elysée, le 14 février 2018 à Paris

PARIS (AFP) - 

Deux projets d'attentats, contre un "grand équipement sportif" et contre des militaires de l'opération "Sentinelle", ont été déjoués depuis le 1er janvier en France, a révélé dimanche le ministre de l'Intérieur.

"Depuis le 1er janvier, nous avons déjoué deux projets d'attentats, qui n'étaient pas encore totalement finalisés mais où un certain nombre de gens étaient en train de vouloir commettre des attentats", a déclaré Gérard Collomb lors du Grand Rendez-vous Europe 1-CNews-Les Échos, précisant ensuite que ces projets avaient été empêchés "dans le Sud" et "dans l'Ouest".

"La jeunesse était visée", a ajouté le ministre, en se référant au projet d'attaque contre le "grand équipement sportif".

Les personnes interpellées sont désormais "en prison" et étaient "suivies", a-t-il ajouté, "c'est comme ça d'ailleurs qu'on a pu déjouer les projets d'attentats", a ajouté le ministre, se refusant à donner plus de précisions sur les lieux d'arrestation et la localisation précise des cibles visées.

"C'est pas des fichés S mais des fichés FSPRT (Fichier des signalés pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste, NDLR), ceux qui visent la radicalisation", a-t-il expliqué.

Le ministre de l'Intérieur a également souligné que trois mosquées étaient aujourd'hui fermées en France "parce qu'il y avait apologie du terrorisme". Il s'agit de mosquées situées à Aix-en-Provence, Sartrouville (Yvelines) et Marseille, a précisé Gérard Collomb.

Vingt attentats avaient été déjoués en France en 2017, selon les chiffres fournis début janvier par Gérard Collomb.

Le 7 novembre, un coup de filet des services antiterroristes avait notamment permis l'arrestation en France et en Suisse de dix personnes, qui tenaient des propos islamistes "inquiétants" sur les réseaux sociaux, une opération en lien avec l'arrestation cet été d'un adolescent qui voulait mener un attentat au couteau en France.

En 2017, deux attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) ont été commis en France: le 20 avril sur les Champs-Élysées à Paris et le 1er octobre à la gare Saint-Charles à Marseille. Ils ont fait trois morts.

© 2018 AFP