Accéder au contenu principal

Après le gel de mesures israéliennes, le Saint-Sépulcre a rouvert

Manifestation devant l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, mardi 27 février.
Manifestation devant l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, mardi 27 février. Thomas Coex, AFP

Le Saint-Sépulcre a rouvert ses portes mercredi, au lendemain de la décision du gouvernement israélien de suspendre ses actions fiscales et législatives ayant conduit à sa fermeture par les Églises grecque orthodoxe, arménienne et catholique.

Publicité

À Jérusalem, le Saint-Sépulcre, le lieu le plus saint du christianisme, a rouvert ses portes mercredi 28 février après trois jours de fermeture, ont annoncé mardi dans la soirée les Églises grecque orthodoxe, arménienne et catholique.

"Nous remercions Dieu pour le communiqué diffusé plus tôt par le Premier ministre et exprimons notre gratitude à tous ceux qui ont travaillé sans relâche afin de conserver la présence chrétienne à Jérusalem", ont-elles indiqué dans un communiqué commun mardi, en précisant que le lieu de culte serait à nouveau accessible aux pèlerins à partir de mercredi matin.

Cette annonce intervenait quelques heures après la décision du gouvernement de Benjamin Netanyahou de suspendre la collecte des taxes ainsi que de l'examen d'une proposition de loi qui avaient entraîné la colère des Églises. Celles-ci dénoncaient la décision récente de la municipalité israélienne de Jérusalem de leur faire payer des impôts sur une partie de leurs biens immobiliers. Les arriérés sont chiffrés par la mairie à quelque 150 millions d'euros. Autant d'argent qui ne financerait plus leurs importantes œuvres sociales, disent les Églises.

"Toute activité législative sur ce sujet est suspendue"

Elles s'insurgaient aussi contre une proposition de loi qui permettrait à l'État israélien d'exproprier des terres vendues par l'Église orthodoxe à des investisseurs privés, un texte dans lequel les Églises voient une atteinte à leurs droits de vente et donc de propriété.

À leur demande, Benjamin Netanyahou a chargé un de ses ministres de se pencher sur la question des ventes de terrains. Pendant ce temps, "toute activité législative sur ce sujet est suspendue".

La fermeture du Saint-Sépulcre est rare. En 1990, il avait été fermé avec d'autres sites chrétiens pour protester contre l'installation de colons près de cette église. Neuf ans plus tard, les sites chrétiens avaient été de nouveau fermés pour protester contre la construction d'une mosquée à proximité de la basilique de l'Annonciation à Nazareth.

L'église est située dans la Vieille ville à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville sainte qu'Israël occupe depuis cinquante ans et dont l'annexion est considérée comme illégale par la communauté internationale.

>> À lire : Les États-Unis ouvriront leur ambassade à Jérusalem en mai

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.