Découvertes

Le chien pourrait être le meilleur ami de l'Homme depuis la Préhistoire

Joe Sohm/Visions of America/Getty Images

Des vestiges d'une tombe datant du Paléolithique permettent de préciser la relation entre les hommes et les chiens, et il semblerait que l'attachement existait déjà à cette époque.

Publicité

Si notre amour des chiens ne cesse de grandir de jour en jour – en même temps, ils font à peu près tout pour nous épater –, l'attachement entre nos deux espèces remonterait à des millénaires avant notre ère. En effet, une étude publiée en février sur la revue scientifique Journal of Archaeological Science et relayée par National Geographic affirme que les chiens étaient certainement de très bons amis des hommes préhistoriques. 

VOIR AUSSI : Un projet d'autoroute menace le site archéologique de Stonehenge

Découverts en 1914 à Bonn en Allemagne, les restes d'un tombeau datant d'environ 14 000 ans avaient déjà révélé qu'un homme et une femme s'étaient fait enterrer avec un petit chien, prouvant ainsi qu'une domestication de l'animal avait eu lieu. Mais une équipe de chercheurs s'est repenchée sur les vestiges et a découvert d'autres informations. Le petit chien, enterré à l'âge de 28 semaines, était atteint de la maladie de Carré depuis ses 19 semaines, comme le prouve sa dentition. Il aurait donc souffert de fortes fièvres, déshydratation, léthargies et même de plusieures attaques cardiaques à cause du virus.

"La maladie de Carré est une pathologie mortelle, avec des taux de décès très élevés", explique Liane Giemsch, archéologue pour le musée archéologique de Francfort et co-auteure de l'étude. "Il a certainement survécu grâce à la veille intensive et les soins d'un humain". Au-delà du simple animal de compagnie, le chiot en question était donc traité comme un véritable compagnon. Il avait certainement été nettoyé, gardé au chaud et on lui donnait probablement de l'eau et de la nourriture.

En plus de renfermer les restes du chiot, ce tombeau contenait également une dent d'un autre chien, déposée parmis d'autres objets avec le couple humain. La sépulture devient alors la seule possédant les vestiges de deux chiens, en plus d'être la première preuve de domestication de ces animaux.

Ce lien émotionnel entre l'humain et le chien si tôt dans l'histoire remet donc en question les causes de la domestication de l'animal par l'homme. Si certaines théories comme la chasse, la protection ou encore l'instinct grégaire sont souvent évoquées dans les études, une nouvelle raison pourrait bien naître de ces récentes recherches : l'attachement pur et simple d'un maître à son chiot. Un fait qui n'a cessé de perdurer depuis, pour certains humains (beaucoup) plus que d'autres. 

Cependant, la cause de la mort du chien reste à ce jour inconnue, et les chercheurs évoquent également la possibilité qu'il ait été sacrifié : "Le sacrifice des chiens pour accompagner l'enterrement d'humains n'est pas une découverte archéologique inhabituelle. Cela représente un comportement religieux ou rituel, peut-être lié à la croyance d'une vie après la mort", ajoutent-ils dans l'étude

En novembre dernier, des fresques vieilles de 9000 ans découvertes en Arabie Saoudite mettaient en scène un chasseur accompagné de ses 13 chiens, tous tenus en laisse. Une autre preuve que la relation chien/Homme ne date pas d'hier. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine