Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie/ armée : le grand nettoyage?

En savoir plus

LE DÉBAT

Audition de Benalla au Sénat : Police - Elysée : malaise au sommet

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les Frères Sisters", western fraternel et meurtrier

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

"This is Iraq" : rencontre avec le rappeur I-NZ

En savoir plus

FOCUS

La traque des opposants burundais se poursuit jusqu'au Kenya

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Ghouta orientale : pour Lavrov, les rebelles syriens doivent "agir" pour que la trêve fonctionne

© Fabrice Coffrini, AFP | Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s'est adressé au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, le 28 février 2018 à Genève.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/02/2018

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a appelé mercredi les rebelles syriens et la coalition internationale à "agir" pour que la trêve décrétée par la Russie fonctionne dans la région de la Ghouta orientale, assiégée par le régime.

Les rebelles et ceux qui les soutiennent doivent "agir" pour que la trêve en Syrie fonctionne, a affirmé mercredi 28 février le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, ajoutant que Moscou continuerait à soutenir l'armée syrienne pour "éradiquer la menace terroriste".

"La Russie et le gouvernement syrien ont déjà annoncé la création de couloirs humanitaires dans la Ghouta orientale", a déclaré Sergueï Lavrov, devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève.

"Nous appelons les membres de la soi-disant coalition américaine à assurer le même accès humanitaire aux zones sous leur contrôle", a-t-il ajouté. "Maintenant c'est au tour des militants et de leurs soutiens d'agir. Les militants [qui sont] retranchés là-bas continuent à bombarder Damas, bloquant les livraisons d'aide et l'évacuation de ceux qui souhaitent partir", a-t-il dit.

>> Lire aussi : la Ghouta orientale, le verger de Damas qui, depuis six ans, résiste à Assad

"La crise humanitaire la plus grave"

Une trêve quotidienne de cinq heures (de 9 heures à 14 heures) pour permettre l'entrée de l'aide ou la sortie d'habitants ou de blessés de l'enclave, a été décrétée lundi par la Russie, le grand allié du régime de Bachar al-Assad, mais les protagonistes se sont aussitôt accusés mutuellement de l'avoir violée. "Le peuple syrien est aujourd'hui confronté à la crise humanitaire la plus grave", a relevé Sergueï Lavrov.

Après une nuit relativement calme, l'aviation et l'artillerie du régime ont de nouveau bombardé mardi l'enclave contrôlée par les rebelles dans la Ghouta orientale, une vaste région dont les deux tiers sont aux mains des forces prorégime et où près de 600 civils ont péri en dix jours de bombardements du régime.

Avec AFP

Première publication : 28/02/2018

  • SYRIE

    Syrie : la Ghouta orientale, le verger de Damas qui, depuis six ans, résiste à Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : "La demande de trêve du Conseil de sécurité n’est pas encore mise en œuvre"

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Le Conseil de sécurité "réclame" à l'unanimité une trêve humanitaire en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)