Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

"This is Iraq" : rencontre avec le rappeur I-NZ

En savoir plus

FOCUS

La traque des opposants burundais se poursuit jusqu'au Kenya

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Avion russe abattu en Syrie : "un tragique concours de circonstances"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le repas luxueux de Maduro chez "Salt Bae" a un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La star marocaine Saad Lamjarred placée en détention

En savoir plus

EUROPE

Catalogne : Carles Puigdemont renonce à la présidence de la région

© Emmanuel Dunand, AFP | Carles Puigdemont laissait planer le suspens sur sa candidature à la présidence de la Catalogne.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/03/2018

Le président catalan destitué, Carles Puigdemont, a annoncé, jeudi, dans un discours posté sur les réseaux sociaux, qu'il renonçait à briguer la présidence de la Catalogne, afin d'y faciliter la formation d'un gouvernement.

Carles Puigdemont renonce à briguer la présidence de la Catalogne. Dans un discours posté jeudi 1er mars sur les réseaux sociaux, l'ancien président destitué indépendantiste a annoncé sa décision. Il espère contribuer à la formation d'"un gouvernement le plus rapidement possible".

>> À lire aussi : Catalogne : des messages de Puigdemont sèment le doute sur sa candidature

"J'ai informé le président du Parlement catalan que, de manière provisoire, il ne présente pas ma candidature à l'investiture comme président", a déclaré Carles Puigdemont dans une vidéo enregistrée en Belgique, où il s'est installé fin octobre.

"Dans les conditions actuelles, c'est la seule façon de pouvoir former un nouveau gouvernement, le plus rapidement possible", a-t-il expliqué.

Jordi Sanchez proposé

Depuis la victoire des indépendantistes aux élections régionales du 20 décembre, il était le seul candidat à la présidence de l'exécutif régional, tout en sachant qu'il serait arrêté et vraisemblablement écroué s'il rentrait de Belgique en Espagne.

Carles Puigdemont a proposé pour le remplacer la candidature du président d'une association indépendantiste, Jordi Sanchez, bien qu'il soit emprisonné depuis quatre mois.

Sa région de 7,5 millions d'habitants est placée sous la tutelle de Madrid depuis la proclamation, restée sans effets, le 27 octobre à Barcelone d'une "République catalane".

Dans un discours pugnace au ton solennel, devant les seuls drapeaux catalan et européen, Carles Puigdemont a fustigé "les abus de l'État espagnol", qui cherche selon lui à "criminaliser l'indépendantisme".

"La Catalogne a gagné le droit à se convertir en une république indépendante", a-t-il réaffirmé. "Cet objectif est incontournable et c'est pourquoi il faudra continuer à faire de la politique depuis l'intérieur et depuis l'extérieur" du pays, a-t-il dit.

Il a réaffirmé que "la seule solution à un conflit politique est la politique" et de nouveau souhaité une médiation internationale.

Carles Puigdemont a en outre annoncé qu'une équipe d'avocats internationaux avait présenté jeudi une plainte en son nom contre l'État espagnol devant le comité des droits de l'Homme des Nations unies, pour activement défendre ses droits.

Avec AFP

Première publication : 01/03/2018

  • ESPAGNE

    Catalogne : des messages de Puigdemont sèment le doute sur sa candidature

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : ajournement de l'investiture de Carles Puigdemont, interdite par la Cour constitutionnelle

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    La justice espagnole suspend l'investiture de Puigdemont comme président de Catalogne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)