Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

SPORT

Football : l'international congolais Cédric Bakambu s'offre une parenthèse dorée en Chine

© Greg Baker, AFP | Cédric Bakambu s'est envolé pour la Chine.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2018

Après plusieurs semaines de blocage administratif, le transfert de Cédric Bakambu en Chine a enfin été officialisé. L'attaquant de la RD Congo a signé au Beijing Guoan, s'offrant au passage un salaire digne des plus grandes stars du ballon rond.

Cédric Bakambu en Chine, c'est fait ! L'attaquant international congolais a officiellement été présenté, jeudi 1er mars, par son nouveau club chinois du Beijing Guoan, mettant fin à un feuilleton administratif de plusieurs semaines depuis son départ de Villarreal.

Né en France, passé notamment par le FC Sochaux, Bakambu évoluait depuis 2015 dans l'équipe espagnole, où il avait effectué un solide début de saison (9 buts en 15 matches).

Mi-janvier, il avait déclaré qu'il rejoignait le Beijing Sinobo Guoan en Super League chinoise. Le club basé à Pékin avait ensuite publié une photo de Bakambu à l'entraînement... mais s'était refusé à confirmer son transfert.

"Ce n'était pas facile de prendre cette décision (de venir). Car je faisais du bon travail avec Villarreal", a déclaré le joueur jeudi lors d'une conférence de presse, vêtu d'un survêtement vert aux couleurs du club. "Mais maintenant, je suis ici avec ma nouvelle équipe et je ferai le maximum pour marquer autant de buts que possible", a indiqué Bakambu, s'estimant "très heureux" d'être à Pékin.

Gros transfert et salaire astronomique

Le manque de clarté du club pékinois autour du transfert, qui pourrait être le plus cher du mercato hivernal pour le championnat chinois (40 millions d'euros, selon la presse locale), serait dû à un règlement de la Fédération chinoise de football (CFA).

Celle-ci impose depuis 2017 aux clubs chinois une taxe à 100 % sur les transferts dépassant 45 millions de yuans (5,7 millions d'euros), destinée à décourager les dépenses extravagantes pour attirer des stars étrangères. Et la CFA a mis en garde les clubs qui tenteraient de contourner cette mesure.

"Le processus de transfert lui-même a été très compliqué. Et puis il a fallu décrypter et assimiler les nouvelles règles de la fédération, pour savoir comment y répondre", a indiqué Li Ming, le manager général du club chinois. "Nous avons eu un arrangement approprié avec la fédération", a-t-il ajouté, sans autre précision.

Li Ming s'est par ailleurs refusé à confirmer le montant du transfert, qui fait l'objet d'une "clause de confidentialité". Selon la presse chinoise, Bakambu a signé pour quatre ans, pour un salaire annuel brut estimé à 18 millions d'euros.

Le Beijing Sinobo Guoan a terminé 9e sur 16 en championnat la saison dernière. Il compte aussi dans ses rangs, parmi les joueurs étrangers, l'international brésilien Renato Augusto.

La Super League chinoise débute vendredi 2 mars et durera jusqu'en novembre.

Avec AFP

Première publication : 01/03/2018

  • FOOTBALL

    PSG : Neymar sur le flanc au moins jusqu'à mi-mai, affirme son médecin

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Coupe de France : le PSG se qualifie facilement pour les demi-finales face à l'OM

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Foot européen : un "big four" en Liga, des cadors européens au niveau

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)