Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Afrique

Nigeria : quatre humanitaires nigérians tués par Boko Haram dans le nord-est du pays

© Stefan Heunis, AFP | Un jeune fille dans le camp de déplacés de Rann, au Nigeria, en juillet 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/03/2018

Le groupe armé Boko Haram a effectué un raid à l'extérieur du camp de déplacés de Rann, dans le nord-est du Nigeria, près d'une base de l'armée. Quatre travailleurs humanitaires ont été tués et une employée est portée disparue.

Quatre travailleurs humanitaires nigérians, dont au moins trois employés des Nations unies, ont été tués dans une attaque du groupe islamiste armé Boko Haram dans la ville de Rann, dans le nord-est du Nigeria.

Samantha Newport, porte-parole de l'ONU basée à Abuja, a précisé à l'AFP que l'attaque s'est produite jeudi 1er mars au soir, dans cette ville reculée où "quatre travailleurs humanitaires ont été tués, un travailleur humanitaire a été blessé et une employée est portée disparue. On craint qu'elle ait été enlevée".

Parmi les victimes figurent notamment deux employés de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui s'occupaient de la gestion d'un camp de déplacés, et un médecin travaillant comme consultant pour l'Unicef, a ajouté Samantha Newport.

Aucun détail n'a été fourni dans l'immédiat sur le quatrième mort, mais la personne blessée et celle portée disparue sont toutes deux des femmes.

L'armée nigériane était visée

L'attaque a eu lieu à l'extérieur du camp de déplacés de Rann, près d'une base de l'armée nigériane, qui était visée par les jihadistes, selon la responsable onusienne : "La cible était l'armée. Ils (les humanitaires) se sont retrouvés pris là-dedans".

Un membre d'une milice civile engagée avec l'armée contre Boko Haram et un officier militaire ont confirmé ce bilan civil à l'AFP. Ils ont également affirmé que huit soldats avaient été tués dans l'attaque, mais aucune confirmation officielle n'a pu être obtenue dans l'immédiat.

En septembre, des combattants de Boko Haram avaient tué neuf déplacés du camp de Rann, située à 175 km de la capitale de l'État du Borno, Maiduguri, qui travaillaient dans des fermes en périphérie de la ville.

Au moins 112 personnes avaient été tuées dans la même ville de Rann en janvier 2017, par une frappe aérienne de l'armée nigériane visant les insurgés et qui a frappé par "erreur" les déplacés en pleine distribution de nourriture.

Avec AFP

Première publication : 02/03/2018

  • NIGERIA

    La "Joconde africaine", un monument du patrimoine nigérian aux enchères

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Nigeria : le gouvernement confirme l'enlèvement de 110 élèves et dit suspecter Boko Haram

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Nigeria : un marché de Konduga frappé par un triple attentat-suicide

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)