Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

Moyen-Orient

Enclave kurde d'Afrin : une frappe turque tue au moins 36 combattants pro-régime

© Omar Haj Kadour, AFP | De la fumée s'élève du village de Deir Ballut, dans la région d'Afrin, en Syrie, suite à l'offensive turque contre les YPG, le 10 février 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/03/2018

L'arrivée de miliciens pro-régime dans l'enclave d'Afrin pour combattre l'armée turque au côté des Kurdes avait fortement déplu à Recep Tayyip Erdogan : au moins 36 de ces combattants ont été tués, samedi, dans un bombardement turc.

Au moins 36 combattants des forces prorégime ont été tués, samedi 3 mars, dans des raids aériens menés par l'aviation turque contre l'enclave kurde d'Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme ( OSDH). Ces frappes, menées contre la localité de Kfar Janna, étaient les troisièmes contre des positions des forces loyalistes en 48 heures, a précisé l'OSDH.

Ces milices pro-Assad ont rejoint la région d'Afrin le 20 février, à l'appel des combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), encerclés par les soldats turcs participant à l'offensive baptisée "Rameau d'olivier". L'armée turque et les rebelles de l’ASL qui combattent à ses côtés avaient alors tenté de leur faire rebrousser chemin par des tirs d'avertissement. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, avait menacé le pouvoir syrien de "graves conséquences".

>> À lire sur France 24 : Bataille d’Afrin en Syrie : les forces en présence

"Dans cette affaire, au-delà de l’action de ces milices pro-Assad, le régime soutient incontestablement les Kurdes puisqu’il les a laissés transiter sur son territoire pour rejoindre l'enclave d'Afrin dès le début des combats", a expliqué Wassim Nasr, journaliste de France 24 spécialiste de la région.

Le gouvernement syrien a une relation complexe et ambiguë avec les Kurdes de Syrie, qui ont établi trois cantons autonomes – dont celui d'Afrin – dans le nord de la Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011.

Avec AFP

Première publication : 03/03/2018

  • SYRIE

    Les YPG "aussi criminelles que l'EI", selon l'ambassadeur turc en France

    En savoir plus

  • SYRIE

    Aux côtés des Kurdes à Afrin : la litigieuse question du retour des combattants français (2/2)

    En savoir plus

  • SYRIE

    Bataille d’Afrin en Syrie : les forces en présence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)