Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc - crise migratoire, la marine royale tire sur une embarcation de migrants : 1 mort

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

FRANCE

Le Drian en Iran : la France peut-elle encore sauver l'accord sur le nucléaire ?

© Atta Kenare, AFP | Jean-Yves Le Drian, et son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif , le 5 mars 2018 à Téhéran.

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 06/03/2018

Jean-Yves Le Drian est à Téhéran lundi pour de tenter de sauvegarder l'accord sur le nucléaire iranien, menacé par Donald Trump. La France, qui entend demander à l'Iran des gages, a-t-elle les moyens de se faire entendre ?

Poursuivre un dialogue "franc et exigeant" avec Téhéran. Les éléments de langage choisis par le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, pour caractériser sa visite entamée lundi 5 mars en Iran, montre à quel point sa mission s’annonce difficile.

Indéniablement, cette visite, dans un pays où la France, après des années de tensions, a désormais des intérêts économiques prometteurs – les échanges commerciaux entre les deux pays ont crû de 235 % en 2016à la faveur de l’accord sur le nucléaire, est un test risqué pour la diplomatie prônée par le président Emmanuel Macron. Une diplomatie qui vise à repositionner la France en puissance médiatrice dans une région stratégique, où son influence est en "net recul", pouvait-on lire dans une note publiée par l’Institut Montaigne en août dernier.

>> À lire sur France 24 : "Total en Iran : un engagement de longue haleine pour un contrat gazier historique"

"L'Iran est un grand pays et un acteur clé dans la région, nous devons nous parler et nous parler clairement. C'est mon intention", confiait le ministre français au Journal du dimanche (JDD) à la veille de son départ.

Fermeté iranienne

Les entretiens programmés de Jean-Yves Le Drian avec les plus hauts responsables de la République islamique, visent à sauver l’accord sur le nucléaire iranien, dans le collimateur du président Donald Trump. Et ce, en échange de concessions de l'Iran sur son programme balistique controversé, pour lequel le pays risque de nouvelles sanctions, et d’un recadrage de ses ambitions régionales, notamment son influence en Syrie et au Yémen. Pourtant, si Emmanuel Macron cultive des rapports privilégiés avec le président américain, rien ne garantit aux Iraniens que Paris puisse exercer la moindre influencedans ce dossier sur Donald Trump et son administration.

Sans compter que ces deux questions, les missiles balistiques et la montée en puissance de l’Iran au Moyen-Orient, sont très sensibles pour Téhéran, qui a fait part à plusieurs reprises ces derniers mois de son agacement à l’égard des positions affichées par la France, qui avait notamment dénoncé, le 17 novembre,"les tentations hégémoniques" des Iraniens dans la région.

Au plus haut niveau de l’État iranien, le ton reste donc ferme. "Nous ne négocierons avec personne sur nos armes", a averti le président Hassan Rohani lors d'une conversation téléphonique, dimanche, avec Emmanuel Macron, selon un compte-rendu officiel iranien de cet appel, publié quelques heures avant l’arrivée de Jean-Yves Le Drian. Dans le JDD, ce dernier avait pourtant invité les Iraniens à se saisir de ce dossier "à bras le corps, faute de quoi ce pays s'exposera à de nouvelles sanctions".

Dans un entretien publié lundi à Téhéran, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, figure emblématique de l’accord sur le nucléaire, a lui aussi durcit le ton, en dénonçant l'"extrémisme" dont font preuve, selon lui, les pays de l'Union européenne "pour conserver les États-Unis dans l'accord sur le nucléaire iranien". Des propos rendus publics avant son entrevue avec Jean-Yves Le Drian.

L'Iran demande "des comptes"

La France aimerait également peser sur le dossier syrien, mais risque de se heurter là aussi à un mur. L'Élysée a d’ailleurs annoncé que le président Emmanuel Macron avait demandé à son homologue iranien Hassan Rohani, lors de l’entretien téléphonique de dimanche, "d'exercer les pressions nécessaires" sur Damas "pour mettre un terme aux attaques indiscriminées contre les populations" de la Ghouta orientale. En somme, Paris demande à Téhéran d’appliquer le cessez-le-feu exigé par les Nations unies la semaine dernière avec la résolution 2 401.

Le soutien au régime de Bachar al-Assad est une ligne rouge iranienne constante depuis le début de la crise en 2011. Le président iranien lui a rétorqué que l'Iran estime que les pays vendant des armes à l'Arabie saoudite, soit l'un des premiers clients à l'exportation pour les industries d'armement françaises, doivent "rendre des comptes" pour les "crimes de guerre" qui sont commis au Yémen. Une fin de non-recevoir sur un dossier, celui de la Ghouta orientale, qui est de toute manière traité directement par le régime syrien et par son allié russe.

"La France est complétement hors-jeu en Syrie, et pour ne pas dire au Proche-Orient, les cinq années de mandat de François Hollande ont été désastreuses pour la diplomatie française dans la région, qui n’a pas compris que l’Iran et la Russie ne lâcheraient pas leur allié Bachar al-Assad", expliquait récemment Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie et chercheur invité à la Hoover Institution-Stanford University, interrogé par France 24. Et d’ajouter : "Il y a beaucoup de chemin à faire, il faut revenir à une politique plus réaliste et peut-être que la France pourra à nouveau peser sur la crise syrienne", avait-il ajouté.

Les dernières déclarations de plusieurs hauts responsables iraniens montrent que la République islamique, même si elle reste attachée à l’accord sur le nucléaire iranien, n’est pour le moment pas prête à faire des concessions. "Si la visite de Le Drian vise à renforcer nos relations, il vaut mieux ne pas prendre de positions négatives", a prévenu samedi le conseiller du Guide suprême Ali Khamenei pour les affaires internationales, Ali Akbar Velayati.

"Nous allons assurément dire à la partie française en toute franchise que leurs inquiétudes concernant la politique régionale de l'Iran sont une illusion", a déclaré pour sa part le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Bahram Ghassemi, cité par l'agence Fars.

Un comité d’accueil qui laisse très peu de marge de manœuvre au ministre français, qui est également censé préparer une visite historique d’Emmanuel Macron en 2018. Reste à savoir si ce dernier acceptera de s’y rendre sans avoir auparavant obtenu la moindre concession iranienne.

Première publication : 05/03/2018

  • FRANCE

    Le ministre français des Affaires étrangères Le Drian en Iran pour sauver l'accord sur le nucléaire

    En savoir plus

  • CULTURE

    Après trois ans de négociations, des œuvres du Louvre exposées à Téhéran

    En savoir plus

  • IRAN

    Nucléaire : les États-Unis risquent "d'anéantir l'humanité", selon l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)