Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Moyen-Orient

Au Yémen, sur la ligne de front, "le taux de destruction est incroyable"

© Saleh al-Obeidi, AFP | Un combattant pro-gouvernemental près de la ville de Taïz, le 20 avril 2017.

Vidéo par Cyril PAYEN , Amar AL HAMEEDAWI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2018

Les correspondants de France 24 présents au Yémen se sont rendus sur la ligne de front entre les rebelles houthis et les forces gouvernementales, à Taïz. Ils décrivent des "paysages lunaires" où "tout est détruit".

Plus de trois ans après le début de la guerre au Yémen entre les rebelles houthis et la coalition sunnite menée par l’Arabie saoudite, le "conflit oublié" s’est enlisé avec l’apparition de nouveaux groupes séparatistes sudistes. Les correspondants de France 24 Cyril Payen et Amar Al Hameedawi se sont rendus à Aden, ville portuaire du sud assiégée, selon eux, par les séparatistes. De là, ils ont emprunté la route côtière pour rejoindre la ligne de front entre les forces gouvernementales soutenues par la coalition et les houthis, à Taez. Cyril Payen décrit 400 kilomètres de route où "le taux de destruction est incroyable, les villages que l’on croise sont vidés, totalement détruits, souvent par les raids aériens menés par la coalition. La population a fui", affirme-t-il.

>> À lire : le Yémen, du soulèvement contre Saleh en 2011 à la prise d'Aden par les séparatistes

Dans cette guerre à huis clos, les civils paient le prix fort. "60 % des 10 000 victimes du conflit sont des civils", détaille Cyril Payen. Au conflit qui oppose les forces gouvernementales aux houthis au nord et aux séparatistes au sud, s’ajoute la menace des jihadistes de l’organisation État islamique, "qui multiplient les attentats", et Al-Qaïda dans la péninsule arabique.

"On ne voit pas le bout du tunnel, et le sentiment d'abandon est général dans l'esprit des Yéménites que nous avons pu rencontrer", ajoute notre envoyé spécial.

Première publication : 06/03/2018

  • YÉMEN

    Une dizaine de morts dans un double attentat-suicide au Yémen

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Yémen : une carte révèle l'ampleur des destructions à Sanaa

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Blocus au Yémen : "Si rien n’est fait, il s’agira d’un crime de guerre"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)