Accéder au contenu principal

L'organisateur du Fyre Festival plaide coupable pour fraude et risque 10 ans de prison

Fyre Festival

On ne va pas se mentir, ça ne choque personne.

PUBLICITÉ

Souvenez-vous, en avril dernier avait lieu le Fyre Festival, un événement musical en plein cœur des Bahamas supposé rassembler la crème des gosses de riches du monde entier, le prix du billet atteignant les 12 000 dollars, avec quelques grosses têtes d'affiches comme Blink 182 ou Major Lazer. Finalement, le week-end de rêve s'était transformé en véritable fiasco, sous les yeux ébahis des internautes : conditions miséreuses, organisation désastreuse et promesses loin d'être tenues, le Fyre Festival est devenu la risée du monde entier. À juste titre. 

VOIR AUSSI : Si toi aussi t'as du mal à plaindre les gosses de riches du Fyre Festival, tape dans tes mains

Près d'un an plus tard, Billy McFarland, le responsable de la catastrophe, plaide coupable de deux chefs d'accusation pour fraude électronique. Devant le tribunal de Manhattan, le mardi 6 mars, il a admis "avoir menti aux investisseurs et largement sous-estimé les ressources nécessaires pour encadrer un événement de cette taille", comme le rapporte Bloomberg. Il a également reconnu avoir escroqué un vendeur de tickets en lui donnant de fausses informations sur la situation financière du festival, pour qu'il achète 2 millions de dollars de places en avance. 

Billy McFarland avait été arrêté le 30 juin dernier pour avoir arnaqué ses investisseurs grâce à son entreprise Fyre Media Inc. Il avait inventé de faux documents promettant que plusieurs millions avaient été récoltés par la boîte grâce à des bookings d'artistes par milliers, pour des événements organisés par la société antérieurement, alors qu'en réalité il n'avait engrengé que 60 000 dollars pour une soixantaine de performances. 

"Je regrette profondément mes actions, et présente mes excuses aux investisseurs, aux équipes, à ma famille et aux soutiens que j'ai laissé tomber", récite Billy McFarland devant la Cour, omettant par ailleurs le public, mis en danger pendant le "festival".

Il risque 8 à 10 ans de prison, accompagnés d'une amende de 300 000 dollars, sans compter le remboursement intégral des dommages causés par l'événement. Une peine allégée puisqu'elle devait à l'origine s'élever à plus de 40 ans derrière les barreaux, mais une négociation avec le gouvernement a permis de sauver la peau de Billy McFarland. Le verdict sera rendu le 21 juin prochain. 

En attendant cette date, on peut (sans scrupules) se replonger dans les meilleures réactions des internautes lors de l'annonce du fiasco. Oui, c'est méchant, non ça n'a pas arrêté de nous faire rire. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.