Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc - crise migratoire, la marine royale tire sur une embarcation de migrants : 1 mort

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

Afrique

Rex Tillerson entame sa première tournée en Afrique, axée sur l'antiterrorisme

© AFP

Vidéo par Noufissa CHARAI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/03/2018

Rex Tillerson est attendu mardi en Éthiopie, pour sa première tournée africaine en tant que secrétaire d'État de Donald Trump. Le chef de la diplomatie américaine se rendra ensuite à Djibouti, au Kenya, au Tchad et enfin au Nigeria.

C’est sa première tournée sur le continent. Mardi 6 mars, Rex Tillerson s'envole pour sa première visite en Afrique en tant que chef de la diplomatie américaine. Il est attendu, mercredi au 13 mars, en Éthiopie, où il rencontrera aussi les dirigeants de la Commission de l'Union africaine (UA), mais aussi ensuite à Djibouti, où se trouve la seule base militaire américaine de la région, au Kenya, au Tchad et enfin au Nigeria.

Jusqu'ici, l'administration de Donald Trump n'a pas manifesté un grand intérêt pour l'Afrique. Son prédécesseur démocrate Barack Obama, de père kenyan, s'était rendu au Ghana à peine six mois après sa prise de fonctions avec un message fort invitant les Africains à prendre leur destin en main. Si son héritage reste avant tout symbolique, le rapport qui semble s'instaurer avec Donald Trump est tout autre.

"Les Américains ont du mal à se faire une place en Afrique"

Mi-janvier, Donald Trump avait été accusé d’avoir qualifié Haïti et des pays africains de "pays de merde" lors d'une réunion à huis clos, selon plusieurs médias et un sénateur qui y a participé. Le tollé n'avait pas tardé, d'autant que le président américain s'était ensuite défendu dans une formule alambiquée, reconnaissant uniquement avoir utilisé un langage "dur" mais pas ces mots précis. "Je ne suis pas raciste", avait-il finalement dû se justifier pour calmer le torrent d'indignation à travers le monde.

"L'Afrique est l'avenir"

Il aura fallu plus d'un an à son secrétaire d'État pour aller fouler le sol subsaharien. Et lors d'une rencontre en novembre à Washington avec les ministres de l'UA - comme dans un discours mardi matin sur la stratégie des États-Unis pour l'Afrique -, Rex Tillerson s'en est tenu à des objectifs très généraux : lutte antiterroriste, bonne gouvernance, développement.

>> À voir dans le Journal de l'Afrique : "Rex Tillerson attendu en Afrique"

"L'Afrique est l'avenir", a-t-il lancé, rappelant sa bonne connaissance du continent de par son ancienne casquette de patron du géant pétrolier ExxonMobil. Évoquant la croissance démographique du continent, son potentiel économique mais aussi la pauvreté et le chômage de masse, il a prévenu que "sans emplois et sans espoir dans l'avenir, cette jeunesse de plus en plus nombreuse représentera une nouvelle génération en proie aux terroristes, mettant à mal à la stabilité et les gouvernements démocratiques". Il a donc dit vouloir "approfondir" les "partenariats avec l'Afrique, afin de rendre les pays africains plus résistants et plus autosuffisants".

Comment ? Hormis l'annonce d'une aide humanitaire américaine supplémentaire de plus de 530 millions de dollars contre la famine et l'insécurité alimentaire dans la Corne de l'Afrique et dans le bassin du lac Tchad, Rex Tillerson a surtout mis en cause la concurrence de la Chine.

"Les États-Unis veulent favoriser une croissance durable qui renforce les institutions, l'État de droit, et permette aux pays africains d'être autosuffisants", a plaidé le chef de la diplomatie américaine. "C'est l'opposé de l'approche chinoise, qui encourage la dépendance via des contrats opaques, des prêts prédateurs" qui "engluent les pays dans la dette".

Le voyage "sera un début, un dialogue, il faudra vraiment travailler avec nos partenaires africains pour qu'il porte ses fruits", a expliqué à la presse un haut responsable du département d'État.

Avec AFP

Première publication : 07/03/2018

  • SYRIE

    Washington et Ankara veulent travailler "ensemble" en Syrie

    En savoir plus

  • IRAK

    Syrie : le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, critique l’intervention turque à Afrin

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Les États-Unis prêts à parler avec la Corée du Nord "sans condition préalable"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)