Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

Asie - pacifique

Birmanie : des bases militaires remplacent les villages de Rohingya, affirme Amnesty

© Amnesty International | Images à l'appui, l'ONG Amnesty International affirme que des constructions militaires ont remplacé le village détruit d'Inn Din.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2018

Chassés de Birmanie, les Rohingya pourront-ils retourner dans leur village ? Cette perspective semble s'éloigner au vu des preuves réunies dans un rapport d'Amnesty rendu public lundi, attestant que les autorités construisent sur leurs terres.

Les images satellites publiées lundi 12 mars dans le rapport d'Amnesty International montrent un village de Rohingya, Kan Kya, dans la région de Maungdaw, réduit en cendres lors des violences de 2017. Sur ces clichés, plus une seule maison. Elles ont été remplacées par des bâtiments (militaires selon l'ONG) et un héliport.

Même constat dans le village de Inn Din, devenu tristement célèbre depuis que l'armée birmane y a admis l'exécution de dix Rohingya en septembre 2017. Ici aussi, les photos illustrent des travaux de construction d'une nouvelle base militaire, là où se trouvait le quartier rohingya.

>> À lire aussi : Accord signé entre le Bangladesh et la Birmanie pour un retour des réfugiés d'ici 2020

"Les nouvelles preuves réunies par Amnesty dans son dernier rapport montrent que les autorités birmanes construisent à l'endroit même où les Rohingya doivent revenir", dénonce Tirana Hassan, responsable d'Amnesty interrogée par l'AFP. Dans certains cas, ont même été détruites des maisons" épargnées par les incendies massifs de villages rohingyas en 2017, selon l'ONG.

Les violences de la part de l'armée, organisées après des attaques de rebelles rohingyas, ont poussé près de 700 000 Rohingya en exil au Bangladesh voisin, après une campagne d'"épuration ethnique", selon l'ONU.

"Accaparement de terres"

Dans son rapport intitulé "reconstruire l'État Rakhine", Amensty ne dénonce pas seulement le développement rapide des infrastructures militaires depuis le début de l'année, l'ONG s'inquiète également que les terres abandonnées par les Rohingya soient réattribuées à des bouddhistes de l'ethnie locale des Rakhines. Elle pointe du doigt un "accaparement des terres" mettant sérieusement en doute la véritable volonté des autorités birmanes de mener à bien un programme de retour des réfugiés.

La Birmanie est en proie à un fort nationalisme, attisé par des moines extrémistes dénonçant la minorité musulmane rohingya comme une menace à l'identité bouddhiste de la Birmanie. L'armée, qui reste très puissante malgré l'arrivée d'un gouvernement civil dirigé par la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi en 2016, joue le jeu de ce nationalisme et ne cache pas son hostilité envers les Rohingya.

Il est extrêmement difficile aux journalistes et aux organisations internationales dont l'ONU de vérifier de source indépendante ce qui se passe en État Rakhine, notamment le nord de la zone, autour de Maungdaw, épicentre des violences, en raison des restrictions de mouvement imposées dans la zone.

Avec AFP

Première publication : 13/03/2018

  • BIRMANIE

    Rohingya : critiquée pour son inaction, Aung San Suu Kyi est déchue du prix Elie Wiesel

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Bill Richardson, diplomate américain, démissionne de la commission sur les Rohingya et fustige Aung San Suu Kyi

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Rohingya : accord signé entre le Bangladesh et la Birmanie pour un retour des réfugiés d'ici 2020

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)