Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Corse dans la Constitution: Simeoni reconnaît "des avancées"

© AFP/Archives | Gilles Simeoni (G) et Jean-Guy Talamoni s'expriment lundi 12 mars 2018 à leur sortie de Matignon

PARIS (AFP) - 

Le président de l'exécutif Corse, Gilles Simeoni, a reconnu mardi "des avancées" quant au statut de l'île dans la réforme constitutionnelle, au lendemain d'un entretien avec le Premier ministre, qui l'a reçu avec le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni.

"On a toujours envie et nous souhaiterions que cela aille plus vite. Ceci étant, il y a des avancées, notamment le fait qu'il est désormais acquis que l'accord se fera", s'est félicité M. Simeoni sur CNews.

Édouard Philippe a confirmé lundi soir que la Corse serait mentionnée dans "un article spécifique" de la Constitution, selon l'exécutif corse reçu à Matignon, mais sans finalement en dire davantage sur les intentions de l'exécutif sur ce volet sensible.

M. Simeoni a toutefois précisé que la question de l'inscription de l'autonomie de la Corse dans cet article, à laquelle il est favorable, n'avait "pas (encore) été actée" par la gouvernement.

"Nous avons la volonté d'avancer, et surtout, la révision constitutionnelle n'est pas pour nous une affaire idéologique ou une affaire uniquement juridique, elle est politique: il y a, en arrière-plan, la volonté de nous attaquer au mieux et au plus vite aux problèmes concrets des Corses dans tous les domaines, y compris ceux du quotidien, le logement et l'énergie", a-t-il poursuivi.

Interrogé sur des projets de manifestation, M. Simeoni les a démentis, en estimant qu'"en démocratie, la force la plus importante, c'est celle qui est issue des urnes".

"L'autonomie n'est pas l'antichambre de l'indépendance", a par ailleurs insisté le leader autonomiste. "Aujourd'hui, (les Corses) ne sont pas en faveur de l'indépendance, ceux qui pensent que cela pourrait changer demain pensent que les Corses peuvent évoluer, ça c'est les vertus du dialogue et du débat démocratique", a-t-il ajouté.

© 2018 AFP