Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Amériques

Trump limoge Rex Tillerson, remplacé par le directeur de la CIA Mike Pompeo

© Saul Loeb, AFP | Mike Pompeo, jusque-là directeur de la CIA, a été nommé mardi Secrétaire d'État par Donald Trump.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2018

Donald Trump a annoncé, mardi, sur son compte Twitter, qu'il limogeait le secrétaire d'État Rex Tillerson, remplacé par le directeur de la CIA, Mike Pompeo. Et Gina Haspel devient la première femme nommée à la tête de la CIA.

Il faisait partie du gouvernement depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, en février 2017. Le chef de la diplomatie Rex Tillerson a été limogé et remplacé par l'actuel directeur de la CIA, Mike Pompeo.

Donald Trump, qui a annoncé son départ dans un tweet matinal mardi 13 mars, a également nommé Gina Haspel à la tête de l'agence de renseignement. Elle devient ainsi la première femme à en devenir la directrice.

Le président américain a évoqué mardi des désaccords avec le secrétaire d'État Rex Tillerson pour expliquer son limogeage, citant en particulier le dossier du nucléaire iranien.

"Nous nous entendions bien mais nous avions des désaccords", a-t-il lancé depuis les jardins de la Maison Blanche, en partance pour la Californie. "Quand vous regardez l'accord sur le nucléaire iranien : je pensais qu'il était horrible, il pensait qu'il était OK", a-t-il expliqué.

Nouvelle équipe pour conduire les négociations avec la Corée du Nord

Donald Trump voulait aussi une nouvelle équipe avant les négociations historiques avec la Corée du Nord, a par ailleurs expliqué un haut responsable américain.

De son côté, Rex Tillerson n'a pas été informé des raisons pour lesquelles il a été écarté. "Le secrétaire (d'État) n'a pas parlé avec le président ce matin et il ignore les raisons, mais il est reconnaissant d'avoir pu servir, et continue à penser que servir le public est une tâche noble qu'il ne faut pas regretter", a déclaré Steve Goldstein, un haut responsable du département d'État. Un commentaire public qui lui a valu d'être à son tour remercié quelques heures plus tard.

Donald Trump, lui, a justifié la nomination de Mike Pompeo : "En tant que directeur de la CIA, Mike a mérité les éloges des membres de nos deux partis en renforçant notre collecte de renseignements, en modernisant nos capacités offensives et défensives et en tissant des liens étroits avec nos alliés de la communauté du renseignement", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Mike Pompeo s'est pour sa part déclaré "profondément reconnaissant".

L'analyse de notre correspondante à Washington Sonia Dridi

Les relations entre Trump et Tillerson n'ont jamais été au beau fixe

Les relations entre Donald Trump et son désormais ex-chef de la diplomatie, qui ont maintes fois affiché leurs divergences, notamment sur la Corée du Nord et l'Iran et pas plus tard que lundi sur la Russie, n'ont jamais été au beau fixe.

Le président américain avait lui-même laissé planer le doute sur l'avenir de Rex Tillerson après des révélations de la chaîne NBC selon laquelle ce dernier l'aurait qualifié de "crétin" pendant une réunion au département d'État en présence de plusieurs membres de l'administration présidentielle l'été dernier. Peu après, l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley, avait publiquement démenti être intéressée par le poste de secrétaire d'État.

Le départ de RexTillerson n'en constitue pas moins le remaniement le plus spectaculaire, à ce jour, d'une administration Trump peu avare en la matière.

Avec AFP

Première publication : 13/03/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Rex Tillerson entame sa première tournée en Afrique, axée sur l'antiterrorisme

    En savoir plus

  • IRAK

    Syrie : le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, critique l’intervention turque à Afrin

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Les États-Unis prêts à parler avec la Corée du Nord "sans condition préalable"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)