Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun, Paul Biya réélu pour un 7e mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : Ankara affirme avoir achevé l'encerclement de la ville d'Afrin

© AFP | Les civils syriens fuient Afrin le 12 mars 2018, au milieu de batailles entre les forces turques et les combattants kurdes.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2018

Les forces turques encerclent depuis lundi Afrin, bastion d'une milice kurde qualifiée de "terroriste" par Ankara et soutenue par les États-Unis. Des milliers de civils continuent de fuir la localité située dans le nord-ouest de la Syrie.

"Dans le cadre des opérations (...) la ville d'Afrin est encerclée depuis le 12 mars 2018", a déclaré l'armée turque dans un communiqué cité par l'agence de presse étatique Anadolu, sans autre précision. Cette localité syrienne est le principal objectif de l'offensive turque baptisée "Rameau d'olivier" et lancée le 20 janvier contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG).

Après plusieurs semaines de progression laborieuse, les militaires turcs et leurs supplétifs syriens ont pris lors des derniers jours plusieurs villes aux alentours. Vendredi, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait affirmé que les forces d'Ankara pourraient entrer "à tout moment" dans la ville.

Inquiétudes pour les civils

Mais des observateurs ont émis des inquiétudes face à l'éventualité d'un assaut direct sur Afrin, où plusieurs milliers de civils se trouvent encore. Plusieurs centaines d'entre eux ont fui la ville lundi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Plus de 200 civils ont déjà été tués depuis le début de l'opération turque, affirme l'OSDH, alors qu'Ankara dément pour sa part cibler les populations.

Les combattants kurdes ont annoncé la semaine dernière le redéploiement de 1 700 des leurs dans la région d'Afrin. Le régime syrien a de son côté envoyé des hommes pour soutenir les YPG qui ont appelé le pouvoir à l'aide.

Les YPG sont soutenues par les États-Unis dans leur lutte contre le groupe terroriste État islamique (EI) en Syrie. Mais elles sont accusées par Ankara de liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une guérilla sur le sol turc et est classée organisation "terroriste" par la Turquie et ses alliés occidentaux.

Avec AFP

Première publication : 13/03/2018

  • SYRIE

    Des centaines de civils fuient la ville d'Afrin face à l'avancée de l'armée turque

    En savoir plus

  • SYRIE

    Enclave kurde d'Afrin : une frappe turque tue au moins 36 combattants pro-régime

    En savoir plus

  • SYRIE

    Aux côtés des Kurdes à Afrin : la litigieuse question du retour des combattants français (2/2)

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)