Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Découvertes

Comment Kimbal Musk, le frère d’Elon, veut transformer l'industrie de l'alimentation américaine

© FilmMagic/Getty Images | Kimbal Musk lors du festival "Life is Beautiful" de Las Vegas, en 2015.

Texte par Benjamin BRUEL

Dernière modification : 14/03/2018

Avec son organisme à but non lucratif, Big Green, et son incubateur de "fermes du futur", Square Roots, Kimbal Musk veut "réinitialiser le système alimentaire américain" et remettre des produits naturels dans les assiettes.

Les Musk ne manquent pas d’ambition. Pendant que l’aîné, Elon, veut emmener les hommes sur Mars, le cadet de 45 ans, Kimbal, chapeau de cowboy constamment vissé sur la tête, s’est donné pour mission de changer l’alimentation des Américains, en mettant des produits frais dans les assiettes de tout le pays. Son dernier projet, Square Roots, vise à construire des incubateurs de "fermes du futur" dans l'ensemble du pays.

VOIR AUSSI : Google veut former 1 000 start-up en France pour partir à l'assaut du marché du numérique

Dans les années 1990, les frères Musk, nés et élevés au grain – leur mère est diététicienne – en Afrique du Sud, se lancent à la conquête de la Silicon Valley. Ensemble, ils créent Zip2 en 1995, une boîte qui propose aux médias de les aider à se positionner sur Internet, à une époque où les journaux galèrent à créer leur site web. En 1999, Elon crée la startup X.com, qui propose des services de banque en ligne et finira par fusionner avec l’entreprise Confinity, notamment façonnée par Peter Thiel, pour devenir PayPal, vendue à eBay en 2002 pour 1,5 milliard de dollars. 

Enrichi par ces succès, Elon choisit de rester dans le monde de la tech, en Californie, et de continuer à investir dans ses projets de plus en plus fous. Mais Kimbal Musk, l’un des premiers investisseurs de X.com, préfère ramasser le pactole et changer de monde en se tournant vers l’industrie de l’alimentation. Il part pour New York et s’inscrit au French Culinary Institute. "Je suis amoureux de la nourriture et quand j’ai décidé de lier ma passion à mon objectif, l’alimentation était mon seul choix. C’était la meilleure décision de ma vie", a-t-il affirmé lors d’une session "Ask Me Anything" sur Reddit au début de ce mois de mars.

Dix euros et une Tesla en cadeau

Cette petite session de questions-réponses avec les internautes était organisée pour promouvoir la nouvelle campagne de communication de Big Green, l'organisme à but non lucratif de Kimbal Musk. Depuis le 20 février, il propose sur le site Omaze d'offrir sa Tesla Model 3 – la sixième créée par l’entreprise – en échange d’un don (de minimum 10 dollars) à son association à but non lucratif Big Green. Le principe est simple : chacun donne ce qu’il veut et en fonction de l’importance du don, on multiplie ses chances de gagner la voiture.

À terme, l'objectif est d'ouvrir un potager dans chacune des 100 000 écoles du pays

Un procédé qui correspond bien à la com' façon Musk qui met en avant l’entreprise du frangin – dans lequel Kimbal possède d’importantes parts, comme chez SpaceX – mais qui met tout de même en avant un projet qui vaut la peine d’être encouragé. Big Green, auparavant nommée The Kitchen Community, est une association qui installe des potagers dans les écoles du pays et apprend aux enfants l'importance d'une alimentation naturelle et saine.

Depuis 2011, selon CNBC, Big Green a ouvert 378 potagers dans le pays. Avec cette levée de fonds communautaire, l'organisation espère en ouvrir 1 000 de plus avant 2020. À terme, l'objectif est d'ouvrir un potager dans chacune des 100 000 écoles du pays, comme l'expliquait Kimbal Musk dans un article sur Medium.

Un incubateur de fruits et légumes à New York

Évidemment, Kimbal Musk n'est pas qu'un philanthrope. Comme son frère, il est aussi dans le game pour le business. En parallèle de Big Green, il possède les chaînes de restaurants Next Door, The Kitchen et Hedge Row qui affirment toutes trois mettre en avant des produits frais, locaux et naturels. Mais Kimbal Musk a un autre projet dont l’objectif, autrement plus ambitieux, est de "réinitialiser le système alimentaire américain".

Avec "Square Roots", un projet d’incubateur de fermes urbaines lancé en 2016, le deuxième Musk veut encore et toujours supplanter la production de nourriture industrielle par des produits alimentaires non transformés. Concrètement, Square Roots, c’est un ensemble d’une dizaine de conteneurs maritimes installés à Brooklyn, New York, produisant des fruits et des légumes grâce à des méthodes d’agriculture hydroponiques.

Dans une interview donnée à USA Today en février, Kimbal Musl a expliqué qu’il souhaitait désormais étendre son projet. L’incubateur de ferme veut obtenir des parcelles de terrain – chacune équivaut à un demi-hectare de terrain – à Chicago, Denver, Memphis, Indianapolis, Pittsburgh, Boston et plusieurs autres villes des États-Unis. Kimbal Musk – on ne sait pas s’il partage le goût des annonces excessives de son frère – serait en discussion avec les gouvernements et dirigeants locaux pour obtenir ces terrains.

"En 2050, il y aura 9,6 milliards de personnes sur la planète et 70 % d’entre eux vivront dans des secteurs urbains. Ce qui conduit à beaucoup d’investissement et d’intérêt dans les fermes urbaines. Notre conception des choses était de commencer à New York pour trouver des solutions… et ensuite d’être capable d’étendre ces solutions au reste du monde", a-t-il affirmé à USA Today. Peut-être même Mars, who knows ?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 14/03/2018