Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

SPORT

Le Français Mathieu Flamini, plus riche que Ronaldo et Beckham réunis ?

© Glyn Kirk, AFP | À l'époque où Mathieu Flamini évoluait à Arsenal (2013-2016), il était déjà copropriétaire de GF Chemicals

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 14/03/2018

Le milieu de terrain français Mathieu Flamini serait le footballeur le plus riche du monde. Sa fortune ne viendrait pas du ballon rond, mais d’une molécule aussi méconnue que prometteuse dans laquelle il a investi.

Pour qu'un footballeur fasse fortune, cela ne se joue pas forcément balle au pied, il s'agit aussi d'avoir du flair. La preuve avec Mathieu Flamini. Ce milieu de terrain français de 34 ans serait le footballeur le plus riche au monde, loin devant le portugais du Real Madrid Cristiano Ronaldo, qui ne gagne “que” 87,5 millions d’euros par an et même David Beckham, dont la fortune est estimée à plus de 400 millions de dollars.

Le joueur tricolore serait, lui, riche à milliards d’euros, d’après le quotidien espagnol El Pais, repris par Le Parisien le 13 mars. Mais cela n’a rien à voir avec ses performances à Getafe, honnête club de Liga espagnole.

L’acide lévulnique mieux que le ballon rond

En fait, ce joueur, sélectionné trois fois en équipe de France à la fin des années 2000, a eu, de son propre aveu, un “coup de chance” lorsqu’il évoluait en Italie à l'AC Milan (2008-2013). Il y a rencontré en 2008 l’entrepreneur italien Pasquale Granata, avec lequel il s’est s’associé. Il a investi quelques millions d’euros pour devenir cofondateur d’une start-up baptisée GF Biochemicals, qui ambitionne de développer une alternative durable au pétrole.

À l’époque, peu sûr de son sens des affaires, Mathieu Flamini ne parle à personne de son coup de poker à plusieurs millions d’euros, comme il l’a raconté aux Échos en 2016. Mais le filon exploité par Pasquale Granata semble porteur. GF Biochemicals devient la principale entreprise au monde à maîtriser l’utilisation de l’acide lévulinique pour remplacer le pétrole dans toute une série de produits comme le plastique, les peintures ou encore les solvants et le diesel.

Inconnu du grand public, l’acide lévulinique est une molécule qui provient de la transformation des déchets végétaux, comme le bois ou la paille. Elle a été identifiée par le département américain de l’Énergie comme l’un des douze composés chimiques les plus prometteurs pour l’avenir de l’humanité.

Simple estimation

Portée par la vague de l’économie verte, GF Biochemicals grandit et franchit une étape importante en 2016 avec le rachat - pour un montant inconnu - de l’entreprise américaine Segetis, également spécialisée dans les applications commerciales de l’acide lévulinique. Une acquisition qui permet à la société italienne de mettre un pied sur le marché américain. La croissance de l’entreprise lui permet d’être valorisée actuellement à environ 30 milliards de dollars, a affirmé Mathieu Flamini, selon la chaîne BFM. En tant que copropriétaire de la société, le footballeur vaudrait donc bien des milliards.

Mais si la retraite footballistique du milieu de terrain semble assurée, l’évaluation de sa fortune réelle est plus problématique. D’abord parce que GF Biochemicals n’est pas cotée en Bourse et que la valeur de la participation de Mathieu Flamini repose sur une estimation et non pas sur le cours de l’action du groupe. Le footballeur n’a, ensuite, jamais révélé quel était le montant exact de son investissement dans la société et ni la structure capitalistique de GF Biochemicals. En détient-il réellement la moitié ? Mais finalement, qu’importe le nombre de zeros, si sa société ouvre la voie à l’ère post-pétrole.

Première publication : 14/03/2018

  • FOOTBALL

    Pour le Qatar, l’élimination du PSG en C1 est un camouflet avant tout diplomatique

    En savoir plus

  • BURUNDI

    Au Burundi, on ne tacle pas le président Pierre Nkurunziza

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Privées de match de foot sous les yeux du président de la Fifa, les Iraniennes s'insurgent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)