Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Elysée enlisée dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : Cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : un hommage national aux harkis le 25 septembre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Quelles solutions pour la crise financière de l'UNRWA ?

En savoir plus

L’invité du jour

Mamane : "Nous les humoristes, nous sommes les médecins de la société"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Karin Kneissl : "L'UE perd son temps avec les sanctions contre la Pologne et la Hongrie"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 14/03/2018

"Mike Pompeo, un chef de la diplomatie pas si diplomate"

© France 24

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 14 mars, les réactions à l’arrivée de Mike Pompeo à la tête du Département d’Etat, les craintes suscitées par la réforme de la SNCF. Un militant mis en cause pour être venu en aide à une famille de migrants. Et l’organisation militaire des fourmis.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

A la une de la presse française, ce matin, les réactions au limogeage du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, remplacé à son poste par Mike Pompeo.

 

«Trump veut une diplomatie de choc», annoncent les Echos – qui voient dans l’arrivée du patron de la CIA à la tête du Département d’Etat «le signal d’un durcissement de la Maison-Blanche en matière internationale», notamment sur les dossiers iranien et nord-coréen, l’ingérence de la Russie et l’Accord de Paris sur le climat. Bref, comme une mauvaise nouvelle. «Mike Pompeo, un chef de la diplomatie pas si diplomate», estime Libération, qui en veut pour preuve le pedigree du nouveau secrétaire d’Etat - un républicain ultraconservateur qui s’est fait connaître pour des propos islamophobes et des positions «controversées», dont la véritable «bête noire» serait l’Iran, qu’il a qualifié dans le passé de «plus grand sponsor du terrorisme au monde». Mike Pompeo, dont le remplacement à la tête de la CIA par Gina Haspel, la première femme à diriger l’agence de renseignement, suscite lui aussi quelques inquiétudes. Le Monde dit d’elle qu’elle incarne «la mémoire sombre de la CIA», en référence à sa participation au programme des prisons secrètes et de torture adopté après les attentats du 11-Septembre.

 

En France, il est beaucoup question de la présentation, aujourd’hui, par le gouvernement, des ordonnances pour réformer la SNCF. Libération accuse l’exécutif d’avoir dressé un «tableau très noir», et même «catastrophiste» de la compagnie ferroviaire pour «justifier une réforme sévère». Le journal a comparé sa situation à celle de ses homologues européens – dont la Deutsche Bahn allemande. Un «match» illustré par tout un tas de statistiques, dont l’entreprise française ne sortirait pas forcément perdante, d’après Libération, qui critique la «mauvaise foi» du gouvernement, que «rien de patent» n’obligerait à un «big-bang» – «sinon le dogme libéral» aux «conséquences politiques funestes». «En France, rappelle Libé, le train est un instrument de la République, c’est à dire de la solidarité, de l’égalité, de la cohésion sociale et territoriale». «En sonnant le tocsin avec une cloche fêlée, le gouvernement veut en fait s’y attaquer. Nous risquons un conflit majeur. Grâce à En Marche, nous irons à pied». Dans la même veine, l’Humanité dénonce «l’intox» du gouvernement sur la dette de la SNCF. D’après l’Huma, cette désinformation serait destinée, en réalité, à mettre sur les rails une future privatisation - des accusations dont se défend le député de la République en marche pressenti pour être le rapporteur de la loi sur la réforme de la SNCF. Dans l’Opinion, Jean-Baptiste Djebbari promet que la réforme du gouvernement «doit sauver la SNCF, (et) en aucun cas privatiser l’entreprise».

 

A noter également, la convocation, aujourd’hui, par la Police de l’air et des frontières, d’un pisteur-secouriste, interpellé pour avoir pris en charge, le week-end dernier, une famille de sans-papiers, à la frontière franco-italienne. D’après le Huffington Post, Benoît Ducos, de Refuges solidaires, une association qui vient en aide aux migrants dans les Hautes-Alpes, aurait fait monter cette famille dans son véhicule pour conduire la mère, sur le point d’accoucher, à l’hôpital. Arrêté à un barrage douanier, il aurait eu, dit-il, beaucoup de mal à convaincre les agents de le laisser passer, et mis un long moment avant d’y parvenir. La mère aurait finalement accouché peu après d’un petit Daniel, à la maternité de Briançon – «in extremis», selon Benoît Ducos, qui assure que cette maman a «frôlé le pire», en mettant en cause l’attitude des autorités françaises. La préfecture des Hautes-Alpes, elle, affirme que la prise en charge de cette femme enceinte et de sa famille a été «irréprochable et immédiate». Benoît Ducos est convoqué pour transport de personnes en situation irrégulière, et risque à ce titre 5 ans de prison. Les associations d’aide aux migrants dénoncent une nouvelle mise en cause pour «délit de solidarité».

 

On ne se quitte pas là-dessus. Pour terminer, je vous propose de jeter un cil à ce papier du Monde, qui fait état des résultats d’une étude réalisée en Côte d’Ivoire par une équipe allemande - un long travail d’observation de la lutte entre les fourmis et les termites, qui aurait révélé des mœurs quasi militaires et un service de santé des armées très efficaces, chez les fourmis, notamment auprès des blessées au cours des combats avec les termites. «Dès l’arrivée des éclopées, raconte le Monde, certaines de leurs congénères les prennent en charge, les débarrassent des restes de termites ou des saletés restées dans les plaies, qu’elles lèchent ensuite avidement». Le travail de ces infirmières serait une vraie course contre la montre, les fourmis ayant seulement une heure pour agir, avant que les plaies cicatrisent et que l’infection gagne le corps.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/09/2018 Revue de presse

"Ariane, succès européen, défi américain"

Dans la presse, ce lundi 24 septembre, le lancement, en Inde, d'un programme de santé pour les plus pauvres, et la polémique provoquée par les propos de François Hollande sur la...

En savoir plus

24/09/2018 Revue de presse

"Judo, la quiète de l'or"

À la Une de la presse, ce lundi 24 septembre : les menaces de l'Iran, après l'attentat de samedi dans le sud-ouest du pays, qui a fait 24 morts, les travaillistes britanniques...

En savoir plus

21/09/2018 Revue de presse

Shinzo Abe, la passe de trois

À la Une de cette seconde revue de presse du vendredi 21 septembre : Shinzo Abe s’apprête à battre un record de longévité à la tête du Japon, un juge américain visant la Cour...

En savoir plus

21/09/2018 Revue de presse

"Theresa May humiliée"

La presse anglo-saxonne n’est pas tendre ce vendredi matin avec la cheffe du gouvernement britannique, après le sommet de Salzbourg et le rejet du Brexit "made by" Theresa May....

En savoir plus

20/09/2018 Revue de presse

"Un accueil saoudien royal pour Imran Khan"

Dans cette seconde revue de presse du jeudi 20 septembre : le nouveau Premier ministre pakistanais, dont le pays est englué dans une crise économique, a effectué son premier...

En savoir plus