Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

EUROPE

Affaire Skripal : Londres, Berlin, Paris et Washington accusent Moscou

© Emmanuel Dunand, AFP (archives) | Emmanuel Macron, Angela Merkel et Theresa May.

Vidéo par Natacha MILLERET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/03/2018

Paris, Berlin et Washington ont estimé jeudi dans un communiqué commun avec Londres que la responsabilité russe était la seule explication "plausible" à l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal.

Le Royaume-Uni, l’Allemagne, les États-Unis et la France ont indiqué, jeudi 15 mars dans un communiqué commun, que la responsabilité de la Russie était la seule explication "plausible" à l'empoisonnement de l'ex-agent russe Sergueï Skripal, et demandé à Moscou de fournir "toutes les informations" sur le programme chimique Novichok.

"Nous appelons la Russie à répondre à toutes les questions liées" à cette affaire, déclarent les quatre pays, qui estiment que cette "atteinte à la souveraineté britannique" constitue une "menace pour leur sécurité", selon un communiqué publié par le gouvernement britannique.

"Cet emploi d’un agent neurotoxique de qualité militaire, d’un type développé par la Russie, constitue le premier emploi offensif d’un agent neurotoxique en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale", ajoutent-ils. "C’est une atteinte à la souveraineté britannique, et toute action de cette nature venue d’un État partie à la Convention sur l'interdiction des armes chimiques est une violation claire de ladite convention et du droit international. C'est notre sécurité à tous qui est menacée."

"Nous partageons le constat britannique qu’il n’y a pas d’autre explication plausible [que la responsabilité russe, NDLR] et relevons que l’incapacité de la Russie à traiter des demandes légitimes du Royaume-Uni accentue encore sa responsabilité", estiment les quatre puissances. "Nous demandons à la Russie de répondre à toutes les questions liées à l’attaque de Salisbury. La Russie devrait en particulier déclarer de façon entière et complète son programme "Novichok" à l’organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC)."

Macron annonce des mesures

Un peu plus tôt dans la matinée, Emmanuel Macron s'était de nouveau entretenu avec la Première ministre britannique Theresa May du cas de l'ex-espion russe empoisonné. "J'annoncerai dans les prochains jours, les mesures que nous entendons prendre", a précisé Emmanuel Macron dans une déclaration à la presse au cours d'un déplacement en Indre-et-Loire.

"Depuis le début de la semaine, le Royaume-Uni a tenu la France étroitement informée des indices recueillis par les enquêteurs britanniques et des éléments démontrant la responsabilité de la Russie dans l'attaque. La France partage le constat du Royaume-Uni qu'il n'y a pas d'autre explication plausible et exprime à nouveau sa solidarité à l'égard de son alliée", a déclaré l'Élysée dans un communiqué. Emmanuel Macron et Theresa May "resteront en contact étroit au cours des prochains jours", selon la présidence française.

Theresa May a annoncé mercredi une série de sanctions contre la Russie, dont l'expulsion de 23 diplomates et le gel des contacts bilatéraux, jugeant Moscou "coupable" de l'empoisonnement sur son sol de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, 66 ans, et de sa fille Ioulia. La diplomatie russe a aussitôt qualifié ces sanctions de "provocation grossière sans précédent".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 15/03/2018

  • ROYAUME-UNI

    Affaire Skripal : Theresa May juge "hautement probable" la responsabilité de la Russie

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Russie : Navalny accuse un proche de Poutine, Instagram et YouTube subissent des pressions

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS 2018

    Égypte, Russie, Venezuela… : huit scrutins à suivre en 2018

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)