Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Cameroun, la demande de M. Kamto d'annulation du scrutin rejetée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'affaire Khashoggi écorne un peu plus l'image de l'Arabie Saoudite

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Jamal Khashoogi : menaces sur la presse

En savoir plus

POLITIQUE

Perquisitions visant J-L. Mélenchon : Le leader de la france Insoumise en fait-il trop?

En savoir plus

FOCUS

Les Bosniens s'organisent face à l'afflux de migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Galveston" : l’échappée américaine de Mélanie Laurent

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Arabie Saoudite : les conflits d'intérêt de Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Objectif "Faim zéro" : Lambert Wilson décrit son nouveau combat

En savoir plus

L’invité du jour

Parents grâce à la GPA : "Nous ne sommes pas des familles différentes"

En savoir plus

Découvertes

Le Royaume-Uni, ce pays où les opposants russes meurent subitement par empoisonnement

© REUTERS/Henry Nicholls | Un policier devant le parking où est analysée la voiture de Sergueï Skripal.

Texte par Robin PANFILI

Dernière modification : 15/03/2018

L’empoisonnement de Sergueï Skripal, ancien espion russe, et de sa fille remettent en lumière plusieurs morts suspectes sur lesquelles plane l'ombre de la Russie.

Après l'empoisonnement de l'ancien espion russe Sergueï Skripal et de sa fille Youlia, tous deux retrouvés inconcients sur le banc d'un centre commercial de la ville de Salsbury en Angleterre, une question brûle aujourd'hui les lèvres des autorités et de l'opinion britannique : le Royaume-Uni serait-il devenu, au cours de ces dernières années, la terre des réglements de comptes par empoisonnement commandités par Moscou ?

Si l'enquête sur l'origine et les circonstances de cet empoisonnement au Novichok, un agent innervant cinq à dix fois plus létal que le sarin, n'en est qu'à ses balbutiements, l'affaire, relayée par les médias du monde entier, a déjà provoqué de sérieux remous outre-Manche.

VOIR AUSSI : Vladimir Poutine déteste tellement ce mème que la Russie l'a interdit

Des conséquences politiques, d'abord, avec l'expulsion de vingt-trois diplomates russes et la "suspension des accords bilatéraux" avec Moscou annoncée par la cheffe du gouvernement britannique Theresa May. 

Mais l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille ont surtout poussé le ministère de l'Intérieur à exiger la réouverture de quartorze enquêtes judiciaires liées à des morts survenues dans des circonstances suspectes remontant à 2006.

En parallèle de ces réouvertures de cold cases et de l'enquête sur l'empoisonnement de Sergueï Skripal, les forces de police britanniques ont aussi été mandatées pour enquêter sur le décès de son épouse des suites d'un cancer en 2012, sur la mort soudaine de son frère en 2016, et celle de son fils, décédé des suites d'une maladie du foie à Saint-Pétersbourg en 2017. 

Des morts suspectes qui s'accumulent

Au Royaume-Uni, l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille ravivent de biens mauvais souvenirs. Et si cet empoisonnement n'était finalement que la partie émergée d'un iceberg de réglements de comptes et d'assassinats politiques qui rongeraient le pays en silence ?

On pense ici à l'empoisonnement "au parapluie" de l'écrivain et dissident bulgare Georgi Markov en 1978, ou à des affaires plus récentes : la mort d'Alexandre Litvinenko, ancien agent du FSB, empoisonné au polonium en 2006 ; celle d'Alexandre Perepilichny, empoisonné par une plante toxique en 2012 ; ou l'intoxication d'un opposant politique à Poutine, Vladimir Kara-Murza, en 2015. 

Mais peu après l'affaire Skripal, c'est aussi une enquête du site BuzzFeed a refait surface. Publiée en juin 2017, elle revenait sur plusieurs morts suspectes au Royaume-Uni. Des morts pour lesquelles les services secrets américains soupçonnent des liens avec la Russie. On y retrouve notamment des proches et d'associés de Boris Berezovski, ancien oligarque et ennemi de Poutine, retrouvé pendu dans sa salle de bain en 2013.

De son côté, la Russie a réfuté ces accusations, qualifiant les sanctions britanniques de "provocation grossière sans précédent", de "mesures hostiles" et de "campagne antirusse". Moscou n'a pour l'instant pas annoncé de mesures de rétorsion.

Quelque chose à ajouter? Dites-le en commentaire.

Première publication : 15/03/2018