Accéder au contenu principal

L'ex-président sud-africain Jacob Zuma poursuivi pour fraude et corruption

Jacob Zuma, le président sud-africain, va être poursuivi dans un dossier de corruption vieux d'une dizaine d'années.
Jacob Zuma, le président sud-africain, va être poursuivi dans un dossier de corruption vieux d'une dizaine d'années. Phill Magakoe, AFP

L'ex-président sud-africain Jacob Zuma ainsi qu'une filiale de l'industriel français Thales dans le pays seront poursuivis pour corruption dans une affaire de contrat d'armement datant de 1999, a annoncé vendredi le parquet.

Publicité

L'ancien président sud-africain Jacob Zuma sera jugé devant un tribunal pour fraude et corruption dans une affaire qui remonte aux années 1990, a annoncé vendredi 16 mars le parquet général.

Il est soupçonné d'avoir touché des pots-de-vin en marge d'un contrat d'armement de 4,2 milliards d'euros signé en 1999 par l'Afrique du Sud avec plusieurs entreprises étrangères. Parmi elles, la française Thales, dont la filiale dans le pays est aussi poursuivie pour corruption, a indiqué le porte-parole du parquet, Luvuyo Mfaku.

>> À lire : En Afrique du Sud, Jacob Zuma entraîne les sulfureux frères Gupta dans sa chute

Jacob Zuma, qui était alors vice-président du pays, aurait perçu des commissions de la part de deux filiales du groupe français, versées sur un compte par son conseiller financier de l'époque, Schabir Shaik, qui a été condamné à quinze ans de prison en 2005.

"Les Sud-Africains attendaient cela depuis très longtemps"

"Après examen de l'affaire, il y a des chances raisonnables de poursuivre avec succès M. Zuma", a déclaré le procureur général Shaun Abrahams au cours d'un point presse à Pretoria.

Caroline Dumay, correspondante en Afrique du Sud : "Les Sud-Africains attendaient cela depuis très longtemps"

"Les Sud-Africains attendaient cela depuis très longtemps", assure sur place la correspondante de France 24, Caroline Dumay.

Cette décision judiciaire intervient un mois après la démission de Jacob Zuma, le 14 février, à l'issue d'une longue opposition avec le nouveau chef du Congrès national africain (ANC) au pouvoir, Cyril Ramaphosa. Ce dernier, qui a fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités, lui a succédé à la tête du pays.

"Une victoire" pour l'opposition

"C'est une victoire pour tous ceux qui ont combattu pendant des années pour que Jacob Zuma rende des comptes", s'est félicité le chef du principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique (DA), Mmusi Maimane.

>> À voir : le président sud-africain Ramaphosa promet un "fantastique départ"

Mis en cause depuis des années dans de multiples scandales de corruption, l'ancien président a jusque-là toujours réussi à passer au travers des mailles des multiples filets judiciaires.

À une exception près. En 2016, il a été contraint de rembourser une partie des travaux de "sécurité" financés par l'argent du contribuable dans sa résidence privée de Nkandla, soit environ 500 000 euros sur les 20 millions engagés au total.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.