Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Kivu" de Jean Van Hamme, l’enfer congolais en bande-dessinée

En savoir plus

Mondial-2019: l'Espagne rate le coche en Belgique, la Roumanie qualifiée

© AFP/Archives | Ballons de rugby devant une affiche "supporters"

BRUXELLES (AFP) - 

L'Espagne a laissé passer la chance de se qualifier directement pour la deuxième Coupe du monde de rugby de son histoire, en s'inclinant 18 à 10 face à la Belgique, en qualifications de la zone Europe (Six nations B), dimanche à Bruxelles.

La Roumanie, en tête du groupe avant cette dernière rencontre, profite de la défaite du XV des "Leones" (les Lions) pour décrocher son billet pour le Mondial-2019 au Japon.

Les Espagnols devaient absolument l'emporter sous peine d'être coiffés par des Roumains qui seront donc eux de la fête en septembre 2019 au Japon, pays hôte qu'ils auront l'honneur d'affronter en match d'ouverture de la compétition.

Juste après le coup de sifflet final, les joueurs espagnols, effondrés et frustrés, ont poursuivi l'arbitre roumain de la rencontre qui a regagné les vestiaires sous escorte.

Il reste une chance théorique à l'Espagne de se qualifier, cela passe par une victoire en barrages d'abord contre le Portugal sur un seul matche puis en cas de succès face aux Samoa en double confrontation.

A Bruxelles, les hommes du sélectionneur Santiago Santos partaient avec les faveurs du pronostic après leur facile victoire à l'aller (30-0).

Mais les Belges alignaient leur "meilleure équipe possible", selon le capitaine Jens Torfs.

Le sélectionneur belge avait en effait rappelé quelques anciens cadres, après avoir disputé les précédents matches avec de jeunes joueurs dans le but de les aguerrir.

Et le choix du coach Guillaume Ajac a payé, les Diables Noirs prenant l'avance à la 21e minute sur une pénalité réussie par Vincent Hart qui récidivait quatre minutes plus tard: 6-0 puis 12-0 à la pause, après une pénalité manquée par l'Espagnol Linklater.

Ecrasés à l'aller, les Belges ne cédaient pas et initiaient même les plus beaux mouvements, bien aidés par une belle présence physique.

Nerveux, comme paralysés par l'enjeu, les Espagnols n'approchaient que rarement les 22 mètres adverses. Ils revenaient toutefois au score grâce à une essai de Malie (70e) puis une pénalité (15-10 à cinq minutes du terme).

Mais la Belgique enfonçait définitivement le clou à la 78e sur une nouvelle pénalité de Hart (18-10).

© 2018 AFP