Accéder au contenu principal

Syrie : l’armée turque et ses alliés syriens ont repris Afrin

Un nuage de fumée s'élève au dessus d'Afrin, dans le nord de la Syrie, le 15 mars 2018.
Un nuage de fumée s'élève au dessus d'Afrin, dans le nord de la Syrie, le 15 mars 2018. Stringer, AFP

Les soldats turcs de l'opération "Rameau d'olivier" et leurs alliés de l'Armée syrienne libre ont pris le contrôle de l'enclave kurde d'Afrin, dimanche.

Publicité

L’opération turque "Rameau d’olivier" a atteint son objectif principal, dimanche 18 mars, en prenant le contrôle de l’enclave kurde d’Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie. Les forces turques et leur alliés, les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) contrôlent ainsi l'ensemble de la ville, sous le feu d’Ankara depuis près de deux mois, ont constaté des correspondants de l'AFP.

Des combattants syriens alliés à Ankara et des soldats turcs étaient ainsi présent dans tous les quartiers de la ville, menant des opérations de déminage, dimanche matin. Deux chars turcs étaient postés devant un bâtiment officiel, tandis que des tirs de célébration retentissaient alentour. Perchés sur le balcon d'un bâtiment public, des soldats ont fièrement brandi le drapeau turc. Plus loin, des rebelles syriens se sont rassemblés au pied d'une statue d'une figure historique de la résistance kurde, déboulonnée.

Plus tôt, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait annoncé que le centre-ville de l'enclave, anciennement contrôlé par les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), était "entièrement sous contrôle". "La plupart des terroristes ont déjà fui la queue entre les jambes", a-t-il ajouté. "Notre travail n'est pas fini (...). Mais les terroristes sont finis à Afrin", a renchéri le porte-parole du gouvernement turc, Bekir Bozdag.

Les civils d'Afrin en fuite

Il s'agit d'une étape majeure dans l'offensive lancée par la Turquie le 20 janvier, et dont l'objectif est de chasser de la frontière turque les YPG. Cette faction, classée groupe "terroriste" par la Turquie, est pourtant un allié précieux de Washington dans la lutte contre les jihadistes en Syrie.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) indique que plus de 1 500 combattants kurdes ont été tués, ainsi que 400 rebelles alliés à la Turquie, depuis le début de l'offensive sur l'enclave d'Afrin. L'armée turque a de son côté fait état de 46 soldats tués et 225 blessés dans ses rangs.

L'avancée des forces pro-turques a entraîné ces derniers jours un exode massif de civils. Plus de 200 000 personnes ont quitté la ville depuis mercredi soir, faisant craindre un nouveau drame humanitaire dans un pays ravagé par un conflit entré dans sa huitième année et qui a fait plus de 350 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

>> Sept ans de guerre en Syrie : les reporters de France 24 racontent

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.