Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Avion russe abattu en Syrie : "un tragique concours de circonstances"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le repas luxueux de Maduro chez "Salt Bae" a un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La star marocaine Saad Lemjarred placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgence à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

Grève jeudi: la RATP prévoit peu de perturbations

© AFP/Archives | Le trafic des métros, RER, bus et trams de la RATP sera peu perturbé jeudi par l'appel à la grève lancé par trois syndicats

PARIS (AFP) - 

Le trafic des métros, RER, bus et trams de la RATP sera peu perturbé jeudi par l'appel à la grève lancé par trois syndicats, a annoncé mardi la régie des transports parisiens dans un communiqué.

La RATP anticipe un trafic "quasi normal" dans le métro, les bus et les trams.

Pour la partie du RER opérée par la RATP, trois trains sur quatre sont prévus en moyenne tant sur le RER A que sur le RER B, soit "deux trains sur trois en heure de pointe et trafic quasi normal en heures creuses", précise la régie.

Sur le RER B, un changement de train sera nécessaire à Gare du Nord pour accéder à la zone SNCF, indique par ailleurs le communiqué.

Trois syndicats (CGT, Unsa et SUD) appellent à la grève au sein de la régie des transports parisiens (métro, bus, tram, une partie des RER A et B), en solidarité avec les cheminots, qui organisent une manifestation nationale contre la réforme de la SNCF, mais aussi pour des motifs spécifiques: crainte d'une privatisation future et problèmes d'effectifs.

© 2018 AFP