Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Publicis engage un sprint pour accélérer sa croissance à l'horizon 2020

© AFP/Archives | Arthur Sadoun, président du directoire de Publicis à Paris, le 31 mai 2017

LONDRES (AFP) - 

Publicis a annoncé mardi vouloir accélérer sa croissance organique d'ici 2020 grâce à une stratégie de transformation en un groupe alliant technologie et communication qu'il doit détailler au cours d'une journée investisseurs à Londres.

Le groupe de publicité français compte porter la croissance organique (hors variation de taux de change et de périmètre) de son activité à 4% en 2020, après 0,8% l'an dernier, selon sa stratégie "Publicis 2020 : Sprint vers le futur".

Le groupe dirigé par Arthur Sadoun veut aussi améliorer son taux de marge opérationnelle "de 30 à 50 points de base par an sur la période 2018-2020", affichant ainsi un nouvel objectif plus modeste que celui annoncé précédemment.

La marge opérationnelle de Publicis qui était de 15,5% en 2017, devrait ainsi s'établir entre 16,4% et 17% au maximum à l'horizon 2020.

Le groupe alors dirigé par Maurice Lévy s'était fixé en 2013 un ambitieux objectif de marge de 17,3% en 2018, qu'il a reconnu implicitement inatteignable lors de la publication de ses derniers résultats annuels en février.

Le marché ne lui en a pas tenu rigueur alors que la plupart des analystes jugeaient depuis longtemps hors de portée cette ambition.

- Contexte moins favorable -

Le contexte est en effet beaucoup moins favorable depuis 2017 pour les groupes de publicité et de marketing qui font face à un marché en pleine transformation numérique, avec des clients plus frileux sur les dépenses de communication.

"Nous sommes les seuls qui disposons des bons actifs pour réussir", a assuré Arthur Sadoun, président du directoire depuis juin 2017, à des journalistes.

Publicis se positionne désormais moins comme un "partenaire de communication" pour ses clients qu'"un partenaire de transformation" leur apportant des solutions pour les aider à adapter leur modèle d'affaires à l'ère numérique.

Publicis avait publié pour le dernier exercice une croissance organique (à périmètre et taux de change constants) de 0,8%, et de 0,4% sans ces corrections.

Il a renoué avec les bénéfices l'an dernier avec un bénéfice net de 862 millions d'euros, après avoir essuyé une perte de 527 millions en 2016 à cause d'importantes dépréciations sur sa filiale américaine Publicis.Sapient acquise en 2014.

Le groupe vise une amélioration du bénéfice net par action (dilué et à taux de change constants) de 5% à 10% par an sur les trois prochaines années et promet une accélération de la croissance de ses dividendes.

Selon sa stratégie publiée mardi, Publicis prévoit de dégager 900 millions d'euros de revenus additionnels au cours des trois prochaines années.

Il compte améliorer sa rentabilité grâce à un programme de réduction de coûts de 450 millions d'euros poursuivant la rationalisation de sa structure déjà engagée.

Et il prévoit aussi un plan d'investissements de 300 millions d'euros dirigés principalement vers l'embauche de nouveaux talents et des formations ou des reconversions de ses collaborateurs existants.

© 2018 AFP