Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Asie - pacifique

Affaire Skripal : la Russie y voit un "attentat" ou une "mise en scène" de Londres

© Ben Stansall, AFP | L'ex-agent du KGB Sergueï Skripal et sa fille pourraient avoir été contaminés par un agent innervant particulièrement dangereux issu du programme "Novichok".

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/03/2018

Moscou affirme que si un agent innervant militaire avait été utilisé contre l'ex-espion Sergueï Skripal en Angleterre, cela "aurait fait de multiples victimes". Et d'y voir soit une "attaque terroriste", soit une "mise en scène" de Londres.

Moscou a affirmé, mercredi 21 mars, que l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal en Angleterre était soit une "attaque terroriste", dont Londres n'a pas su protéger les victimes, soit une "mise en scène" des autorités britanniques.

"Soit les autorités britanniques ne sont pas en mesure de fournir une protection contre ce type, disons-le ainsi, d'attaque terroriste, soit elles ont directement ou indirectement – je n'accuse personne de quoi que ce soit – mis en scène une attaque contre un citoyen russe", a déclaré un haut responsable de la diplomatie russe, Vladimir Ermakov, lors d'une réunion organisée par Moscou avec des diplomates étrangers pour clarifier sa position.

L'utilisation d'un agent innervant militaire pour empoisonner Sergueï Skripal à Salisbury, la version défendue par Londres, "aurait fait de multiples victimes", a-t-il ajouté.

>> Affaire Skripal : le Novichok, un poison hérité de la Guerre froide plus efficace que le sarin

Londres snobe la réunion

Les ambassadeurs étrangers accrédités en Russie ont été invités à cette réunion au ministère des Affaires étrangères avec des diplomates chargés des questions de non-prolifération et de contrôle des armements. Elle devrait être l'occasion pour la Russie de démonter les accusations portées contre elle par Londres.

Mais l'ambassade britannique en Russie a annoncé que son ambassadeur, Laurie Bristow, ne "participerait pas à cette réunion". Le chef de la délégation de l'Union européenne en Russie fait également partie des absents : actuellement à l'étranger, il sera représenté par son numéro deux, Sven-Olov Carlsson.

>> À voir : Affaire Skripal : "C'est un contexte de nouvelle Guerre froide"

L'empoisonnement de Sergueï Skripal a ravivé le climat de confrontation Est-Ouest, latent depuis l'annexion de la Crimée par Moscou en mars 2014, et a exacerbé les tensions entre Moscou et Londres, dont les relations étaient déjà glaciales.

Accusant la "Russie de Poutine" d'avoir ordonné cet empoisonnement, Londres a expulsé 23 diplomates russes du territoire britannique et annoncé le gel des relations bilatérales. La Russie, qui clame son innocence, a rétorqué en expulsant à son tour 23 diplomates britanniques et en mettant fin aux activités du British Council dans le pays.

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 21/03/2018

  • RUSSIE

    Affaire Skripal : un scientifique russe reconnaît l'existence du programme "Novichok"

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Affaire Skripal : des experts internationaux en armes chimiques attendus au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Affaire Skripal : la Russie expulse 23 diplomates britanniques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)