Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

Découvertes

San Francisco devient la première grande ville américaine à interdire la fourrure animale

© Robert Kneschke/EyeEm

Texte par France 24 Découvertes

Dernière modification : 21/03/2018

À compter du 1er janvier 2019, tout commerçant sera interdit de vente de fourrure neuve dans la ville californienne aux 5 millions d’habitants.

C’est une victoire de taille pour les défenseurs des animaux, et particulièrement pour les "anti-fourrure". La ville de San Francisco a voté mardi l'interdiction de "la vente de vêtements ou d'accessoires de nouvelle fourrure à partir du 1er janvier 2019", a rapporté une membre du conseil de surveillance de la ville. San Francisco devient ainsi la plus grande ville américaine à adopter une telle mesure de protection des animaux.

VOIR AUSSI : Yoox Net-A-Porter renonce à vendre de la fourrure: un manque à gagner compensé par une image engagée

Katy Tang, membre du conseil de surveillance de cette ville réputée pour être l'une des plus progressistes du pays, s’est félicitée de cette avancée dans un tweet : "Pour soutenir ceux qui n'ont pas la parole, mes collègues viennent de voter à 10 contre 0 pour soutenir ma proposition d'interdiction de la vente de vêtements ou accessoires de nouvelle fourrure à partir du 1er janvier 2019. Plus de profits sur le dos – littéralement – des animaux."

Ce n’est pas la première ville américaine à prendre cette mesure drastique. West Hollywood et Berkeley, deux communes californiennes de plus petite taille, avaient déjà interdit la vente de nouvelle fourrure, autrement dit de fourrure récemment produite. Des interdictions de commercialisation et d'importation existent aussi en Inde, ainsi qu’à Sao Paulo, au Brésil, précise sur son blog la Humane Society, une ONG qui lutte depuis de nombreuses années contre la vente de peau et pelages d'animaux, entre autres.

Les maisons de coutures renoncent aussi tour à tour

Récemment, les maisons de luxe Versace et Furla – qui comptaient parmi les reines de la fourrure – ont annoncé renoncer totalement à l’utilisation de fourrure animale dans leurs collections. Avant elle, Armani, Calvin Klein, Hugo Boss, Ralph Lauren, Michael Kors ou encore Gucci avaient déjà pris cette décision, capitale pour leur image.

D'après la Humane Society International, le Royaume-Uni travaille à une interdiction nationale de la fourrure. La République tchèque, de son côté, a voté pour interdire les fermes animalières destinées à l'industrie de la fourrure, emboîtant le pas à l'Autriche, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et à la Suisse.

Katy Tang, citée par le quotidien San Francisco Chronicle, assure que "50 millions d'animaux sont assassinés de manière horrible chaque année pour que nous puissions porter leur fourrure et avoir l'air à la mode". "J'espère que nous allons envoyer un message fort au reste du monde", conclut-elle.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 21/03/2018