Découvertes

Une zone inconnue des océans grouillant de nouvelles espèces vient d'être découverte

Le Curasub.
Le Curasub. Substation Curaçao

Le rariphotique, une portion d'océan s'étendant de 130 à 300 mètres de profondeur, vient d'être détectée par les biologistes. Aujourd'hui, elle vient compléter la liste des zones de classification des profondeurs... et celles des nouvelles espèces.

Publicité

Connaissez-vous le rariphotique ? Il y a de fortes chances que non, puisque les océanographes viennent tout juste de découvrir cette zone de vie océanique, située entre 130 et un peu plus de 300 mètres de profondeur, après plusieurs années d’études au large des côtes de Curaçao, au sud des Caraïbes. Cette aire s’étend juste en-dessous d’une région récifale connue sous le nom de mésophotique, qui elle couvre une profondeur de 40 à 150 mètres.

VOIR AUSSI : Les fonds marins de l'Antarctique regorgent de vie, même à 1 000 mètres de profondeur

Les poissons récifaux y trouveraient refuge, menacés par la dégradation des coraux et le réchauffement des eaux

Le rariphotique a de fascinant qu’il ne peut être pénétré que très faiblement par la lumière, donnant l’impression d’un "crépuscule" permanent à ce niveau. Pour comparaison, le mésophotique, où la lumière se fait beaucoup plus intense, est l’environnement idéal à la prolifération des récifs et des poissons coralliens. Pourtant, le rariphotique abriterait lui aussi, malgré son obscurité ambiante, une multitude d’espèces typiques des récifs. Si l’observation a de quoi surprendre, les chercheurs y ont trouvé une explication hypothétique : les poissons récifaux y trouveraient refuge, se sentant de plus en plus menacés par la dégradation des coraux et par le réchauffement des eaux.

Cette découverte a été faite dans le cadre du Deep Reef Observation Project, une mission de recherche débutée en 2011 et à laquelle ont pris part des chercheurs du Muséum national d'histoire naturelle Smithsonian (NMNH) et du Smithsonian Tropical Research Institute (STRI). À bord du Curasub, un submersible pouvant accueillir cinq personnes et descendre jusqu'à 309 mètres de profondeur pendant huit heures, ils ont ainsi pu observer de près les trésors recelés par le rariphotique.

Plus de 30 nouvelles espèces de poissons découvertes

On peut dire que le Deep Reef Observation Project fut un succès : pas moins de 6 nouveaux genres et de 30 nouvelles espèces de poissons y ont été répertoriés. Au total, 4 500 poissons appartenant à 71 espèces ont été observés lors de 80 plongées environ. "Ce qui signifie qu’environ 1 poisson sur 5 que nous avons trouvé dans le rariphotique des Caraïbes est une nouvelle espèce", s’est enthousiasmé D. Ross Robertson, biologiste marin à la STRI et co-auteur d’une étude publiée dans la revue Nature. "Jusqu’à présent, mon favori est Haptoclinus dropi."

La grande majorité d’entre eux reste étroitement liée aux poissons des récifs, prouvant ainsi que ces derniers sont capables de vivre à des profondeurs bien inférieures au mésophotique. De fait, la croyance selon laquelle la zone mésophotique se transforme immédiatement en eaux profondes – la zone aphotique – peut maintenant être remise en cause.

En réalité, le Deep Reef Observation Project aura permis de mettre en lumière deux nouvelles zones de classification des profondeurs océaniques : le rariphotique donc, situé entre 130 et 300 mètres, et l’altiphotique, la partie baignée de lumière familière des plongeurs, située entre 0 et 40 mètres, où les coraux sont abondants.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine