Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Luis Almagro : "Une enquête sur le Venezuela doit être ouverte à la CPI"

En savoir plus

Découvertes

Les passeports britanniques post-Brexit ne seront pas imprimés au Royaume-Uni

© LPETTET / Getty images | L'actuel passeport des Britanniques est bordeaux.

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 22/03/2018

La société britannique qui fabrique les passeports outre-Manche n'a pas remporté l'appel d'offre. C'est finalement dans l'Union européenne que seront imprimés les passeports du Royaume-Uni après le Brexit.

Depuis 1988, les passeports britanniques sont de couleur bordeaux. Mais avec le Brexit, Theresa May avait annoncé en grande pompe que les nouveaux passeports britanniques redeviendraient bleu et or, comme un symbole de souveraineté retrouvée.

VOIR AUSSI : Le meilleur passeport au monde n'est plus un passeport européen

Sauf que l'entreprise britannique De La Rue, qui fabrique les actuels passeports britanniques dans le nord de l'Angleterre, a perdu l'appel d'offre pour le marché des nouveaux.  Selon le Guardian, c'est le groupe franco-néerlandais Gemalto qui imprimera les futurs passeports post-Brexit, un juteux contrat à 490 millions de livres sterling (562 millions d'euros), a indiqué le Sun.

Le tabloïd britannique Daily Mail, encore sous le choc, a titré en une "Sacre bleu !" :

[scald=66984:article_details {"additionalClasses":""}]

Mercredi soir, un porte-parole du ministère de l'Intérieur a expliqué : "Nous faisons une mise en concurrence loyale et ouverte pour garantir que le nouveau contrat offre un produit de haute qualité et sûr et qu'il offre le meilleur rapport qualité-prix pour les clients." "Nous n'exigeons pas que les passeports soient fabriqués au Royaume-Uni. Une partie des livrets de passeports vierge est actuellement fabriquée à l'étranger, et il n'y a pas de raisons de sécurité ou operationnelle que cela ne continue pas."

Lundi, Bruxelles et Londres se sont enfin mis d'accord sur une période de transition post-Brexit. Elle durera jusque fin 2020. Ensuite, ce sera le grand saut pour les Britanniques. Theresa May n'a pas fait mystère de la "vie différente" qui les attend, avec quelques "dures réalités". 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 22/03/2018