Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

Découvertes

Spotify découvre tout juste qu'il y a plus de 2 millions de pirates sur la plateforme

© Thomas Trutschel/Getty Images

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 26/03/2018

Et vous en faites peut-être partie, sans même le savoir.

Comme moi, vos playlists sur Spotify n'ont jamais été interrompues par des publicités, et pourtant vous ne déboursez pas 9,99 euros par mois ? Félicitations, nous faisons partie des 2 millions de pirates que Spotify a recensé dans un rapport publié le vendredi 23 mars, à destination de la Securities and Exchange Commission, l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers. 

VOIR AUSSI : Spotify va faire bosser ses utilisateurs pour compléter ses métadonnées

"[Nous] avons remarqué des cas de tiers cherchant à offrir aux utilisateurs d'appareils mobiles un moyen d'éviter la publicité sans payer, et d'avoir accès à des options seulement disponibles sur la version fondée sur la publicité sur tablette", est-il écrit dans le rapport. Les tiers ? De bons vieux bloqueurs de publicité qui parviendraient à éradiquer les annonces, même si le compte n'est pas premium, en proposant à l'utilisateur une version pirate de l'application. 

Le site suédois, qui comptait fin 2017 plus de 157 millions d'utilisateurs – dont 86 millions consommateurs de la version gratuite – s'était rendu compte de la supercherie au début du mois de mars, et avait envoyé un message aux utilisateurs concernés en demandant de "désinstaller toute version de l’application Spotify non autorisée ou modifiée et de télécharger et installer l’appli depuis le Google Play Store officiel", comme le précisait alors le site Variety. Mais à ce moment là, Spotify ne savait pas que plus d'1,3 % de ses consommateurs passaient entre les mailles du filet. 

Bien que le rapport vise directement les applications pirates, il est apparemment possible d'avoir accès à la version premium de Spotify depuis un ordinateur, avec encore une fois un bloqueur du publicité : si cette manipulation ne marche pas sur tous les dispositifs, il semblerait tout de même que certains comptes aient également pu passer outre les barrières à l'entrée établies par le site de streaming musical. Je n'ai jamais payé pour un compte premium, et pourtant je peux lancer une playlist de 12 heures de musique sans qu'une seule fois elle soit interrompue par une réclame quelconque. Mon adblock en est certainement la raison, mais d'autres internautes utilisant le même logiciel n'ont pas mon privilège. 

Spotify, qui prévoit d'entrer en bourse le 3 avril, souhaite bien évidemment limiter ses pertes avant la date fatidique, afin de séduire un maximum d'actionnaires. Et c'est un enjeu de taille, puisque le géant du streaming est de plus en plus talonné par ses concurrents directs, comme Apple Music, dont la croissance mensuelle ne cesse d'augmenter.

– Retrouvez l'article de Jack Morse sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 26/03/2018