Accéder au contenu principal

La Chine étend sa technologie "Sky Net" qui scanne les visages de sa population en une seconde

Un futur policier au concours d'entrée à l'université, le 7 juin 2017 à Tianjin.
Un futur policier au concours d'entrée à l'université, le 7 juin 2017 à Tianjin. VCG/VCG via Getty Images

Les capacités de surveillance de la police chinoise augmentent avec le développement de la technologie.

PUBLICITÉ

En début d'année, la police de Zhengzhou avait rendu compte de son utilisation de lunettes de reconnaissance faciale pour passer au crible les voyageurs dans les gares. Trente-trois personnes avaient ainsi été arrêtées, dont sept liées à des affaires criminelles importantes comme du trafic d'être humain ou un délit de fuite, et 26 autres qui voyagaient sous une fausse identité.

VOIR AUSSI : Derrière la liste ridiculement longue de mots interdits sur Weibo, la colère des Chinois

Mais le gouvernement chinois poursuit la construction d'une base de données de reconnaissance facile qui doit, à terme, contenir des informations sur l'ensemble de ses 1,3 milliard de citoyens. Le système, appelé Sky Net, est déjà déployé dans 16 villes et provinces chinoises, a rapporté ce week-end le Global Times, qui précise que son but est d'aider la police à interpeler les criminels et ainsi accroître la sécurité des citoyens, notamment face aux menaces terroristes.

"Sky Net peut avec précision identifier le visage des gens depuis différents angles et sous différentes luminosité, entre autres. Le système est suffisamment rapide pour scanner la population chinoise en une seconde seulement, et cela prend deux secondes pour scanner la population mondiale", écrit le journal chinois proche du pouvoir qui prétend que "le taux de précision dépasse 99,8 %". 

[scald=67100:article_details {"additionalClasses":""}]

Au cours des deux dernières années, la police a arrêté plus de 2 000 fugitifs avec l'aide de Sky Net indique le journal qui cite des experts assurant que le système est suffisamment encadré pour prévenir d'attentes aux libertés individuelles. 

Mais tout cela fait clairement réfléchir. Les références à "1984" ne sont pas prêtes de s'arrêter.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.