Accéder au contenu principal

Octogénaire tuée à Paris : la justice retient le caractère antisémite

Mireille Knoll a été assassinnée dans son appartement parisien le 23 mars.
Mireille Knoll a été assassinnée dans son appartement parisien le 23 mars. Thomas Sanson, AFP

Le parquet de Paris a retenu le caractère antisémite dans l'enquête sur le meurtre, vendredi, d'une octogénaire rescapée de la rafle du Vel d'Hiv, Mireille Knoll. Deux suspects ont été mis en examen mardi.

Publicité

Trois jours après la mort de Mireille Knoll, 85 ans, dont le corps a été retrouvé dans son appartement incendié à Paris, le parquet a ouvert lundi 26 mars une information judiciaire pour "assassinat à raison de l'appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion et sur personne vulnérable", a indiqué une source judiciaire à l'AFP.

Deux hommes ont été mis en examen mardi pour "homicide volontaire" à caractère antisémite et placés en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet de Paris. Ils étaient en garde à vue depuis samedi pour l'un, dimanche pour l'autre.

Une rescapée du Vel d'Hiv

Né en 1932 à Paris, Mireille Knoll avait échappé dix ans plus tard de justesse à la rafle des Juifs du Vel d'Hiv' de juillet 1942 en s'enfuyant de Paris avec sa mère.

>> À lire aussi : "Cette puanteur atroce" : 75 ans plus tard, une rescapée de la rafle du Vél d'Hiv se souvient

Sur Twitter, le président français, Emmanuel Macron, a dénoncé "crime épouvantable" et réaffirmé sa détermination à lutter contre l'antisémitisme.

"Toute la lumière doit être faite sur ce crime odieux", a twitté le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. En visite à Jérusalem, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a fait part de son "émotion".

Ce meurtre a suscité des réactions émues au sein de la communauté juive française, déjà mobilisée ces derniers mois après le meurtre de Sarah Halimi, une juive orthodoxe de 65 ans tuée à Paris par son voisin en avril 2017. La juge d'instruction en charge de cette enquête avait mis près d'un an à en retenir le caractère antisémite.

Le corps de Mireille Knoll avait été retrouvé en partie carbonisé vendredi, peu avant 19 h, dans son appartement du XIe arrondissement où elle vivait seule. Les policiers se sont rapidement orientés vers la piste criminelle, après la découverte de plusieurs départs de feu dans l'appartement, puis de traces de coups de couteau sur son corps.

Un voisin soupçonné

Mireille Knoll habitait au deuxième étage d'un immeuble qui en compte dix et qualifié par les voisins d'"habituellement très calme" et dépourvu de tensions notables, selon un journaliste de l'AFP.

À la police, un membre de la famille de Mireille Knoll a dit soupçonner un voisin qui avait l'habitude de venir la voir et était passé dans l'appartement dans la journée. C'est cet homme, né en 1989, qui a été placé samedi en garde à vue.

"Apparemment, ma mère le connaissait très bien", a déclaré à l'AFP le fils de la victime. Selon une source policière, il était connu des services de police pour des affaires de viol et d'agression sexuelle. Selon cette source, le second suspect, âgé de 21 ans et connu pour des faits de vols avec violences, se trouvait dans l'immeuble de Mireille Knoll le jour du meurtre. Il a été interpellé après avoir été désigné par le premier suspect, a indiqué une source proche de l'enquête.

Le mobile reste pour l'heure inconnu. "Nous sommes vraiment tous sous le choc. Je ne comprends pas comment on peut tuer une femme qui n'a pas d'argent, et vit dans un HLM", a ajouté le fils de la victime.

Une marche blanche mercredi

Le président du Consistoire israélite, Joël Mergui, a salué auprès de l'AFP la "réactivité" des enquêteurs et du parquet après que le mobile antisémite a été retenu.

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Francis Kalifat, a exprimé sur Twitter son "soulagement" que ce motif antisémite ait été retenu, mais aussi sa "colère" et son "inquiétude face à une telle barbarie". Le Crif et plusieurs autres organisations ont appelé à participer à une "marche blanche" en hommage à la victime mercredi après-midi à Paris.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.