Découvertes

Fournir ses identifiants réseaux sociaux pourrait bientôt devenir obligatoire pour n'importe quel étranger souhaitant entrer aux États-Unis

Les douanes de l'aéroport de Washington.
Les douanes de l'aéroport de Washington. Composite Mashable / Bloomberg / Contributeur

Si celle-ci était adoptée, la dernière proposition du département d’État américain en matière d’immigration obligerait tous les demandeurs de visas à communiquer toutes les informations de leurs réseaux sociaux.

Publicité

On était déjà prévenus : notre vie privée numérique pourrait bientôt ne plus avoir de secrets pour la douane américaine. Selon Bloomberg, le département d’État va prochainement publier dans le Federal Register – l’équivalent du journal officiel français – une proposition de loi obligeant tous les demandeurs de visas à renseigner les informations suivantes :  

  • Les noms d'utilisateur/noms de compte utilisés sur les réseaux sociaux lors des cinq dernières années
  • Les adresses e-mails utilisées lors des cinq dernières années
  • Les numéros de téléphone des cinq dernières années

VOIR AUSSI : Donald Trump veut un mur que ces "incroyables grimpeurs" de Mexicains ne pourront pas franchir

La douane pourra aussi demander des informations relatives aux précédents voyages. Heureusement, les mots de passe sont hors du champ d’application, même si l’idée a déjà été émise à Washington. Les nouvelles exigences américaines s'appliqueraient à n'importe quel ressortissant étranger qui souhaite entrer de manière durable ou temporaire sur le territoire américain, à en croire les documents récupérés par Bloomberg. Nous, Français en voyage aux États-Unis, serions donc concernés. À noter tout de même que les demandeurs de visas diplomatiques seront exemptés de ses demandes. Le département d’État estime que sa mesure affectera près de 15 millions d’étrangers tous les ans.

Un durcissement de la politique migratoire

Cette mesure, si elle est appliquée, permettra aux États-Unis de se constituer une base de données sans commune mesure. Mais celle-ci doit passer par une consultation publique de 60 jours qui permettra aux Américains d’exprimer leur opinion sur cette proposition. Après cette étape, le Bureau du budget et de la gestion, l’organisme en charge de vérifier les politiques gouvernementales, pourra autoriser ou refuser l’application du dispositif.

Auparavant, les antécédents numériques étaient demandés aux personnes étant ou ayant été visées par une enquête du département de la sécurité intérieure, à celles et ceux qui avaient renoncé à la nationalité américaine, ou qui avaient enfreint la législation sur l’immigration. Les ressortissants étrangers bénéficiant du programme d'exemption de VISA (le Visa Waver Program, que l'on connaît surtout sous le nom de son système électronique, ESTA), ouvert à 39  pays – dont la France – peuvent aussi transmettre ces informations, mais la mesure reste à ce jour optionnelle.

Un rapport du département de la sécurité intérieure publiée en 2017 a aussi évoqué la mise en place de systèmes automatiques pour industrialiser la récupération d’informations. Bref, l’intrusion dans notre vie privée pourrait bien être en passe de devenir la norme.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine