Accéder au contenu principal

Gaza : Paris appelle Israël à la retenue

Mohammed Abed / AFP

Dimanche, le Quai d'Orsay a appelé Israël à la plus grande retenue à la suite de la mort de 16 Palestiniens vendredi dans la bande de Gaza. Par communiqué, le ministère des Affaires étrangères a exprimé "sa plus vive préoccupation".

Publicité

Le Quai d'Orsay a exprimé dimanche "sa plus vive préoccupation face aux graves incidents survenus ces derniers jours dans la bande de Gaza" et a appelé le gouvernement israélien à la plus grande retenue à la suite de la mort de 16 Palestiniens vendredi dans la bande de Gaza.

"La France rappelle les autorités israéliennes à leur devoir de protection des civils et leur demande d'agir avec la plus grande retenue", indique le communiqué du ministère des Affaires étrangères.

>> À voir sur France 24 : "Reportage : les Gazaouis veulent poursuivre leur 'marche du retour'"

"Droit de manifester pacifiquement"

Paris a également rappelé le "droit des Palestiniens à manifester pacifiquement" et a dit souhaiter que les deux parties fassent cesser la crise humanitaire que traverse la bande de Gaza.

Le Quai d'Orsay suggère notamment que le blocus instauré par les autorités israéliennes soit levé, de même que la "levée des mesures restrictives."

Les Palestiniens accusent les soldats israéliens d'avoir tiré vendredi sur des manifestants qui ne représentaient aucun danger immédiat.

L'ONU réclame une enquête indépendante

L'usage de balles réelles par l'armée israélienne est au cœur des interrogations de la communauté internationale et des organisations de défense des droits de l'Homme.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, ainsi que la représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini, ont réclamé une "enquête indépendante" sur l'usage par Israël de balles réelles, une demande rejetée par l'État hébreu.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.