Accéder au contenu principal
FRANCE

Grèves des transports : covoiturage, cars "Macron"... petit guide de survie pour se déplacer

Un TGV sur huit en moyenne mardi prévoit la SNCF.
Un TGV sur huit en moyenne mardi prévoit la SNCF. Ludovic Marin, AFP
|
Vidéo par : Pauline GODART
5 mn

Le mouvement social de la SNCF débute lundi soir en France. Les cheminots ont annoncé 36 jours de grève jusqu'en juin, qui augurent de grosses difficultés pour les usagers. France 24 dresse une liste de solutions alternatives pour vous déplacer.

Publicité

"Mardi noir". C’est ainsi que s’annonce la première journée de grèves dans les transports, notamment à la SNCF, mardi 3 avril, en France. Avec près d'un cheminot gréviste sur deux (48 % contre 35,4 % le 22 mars) et jusqu'à plus de trois sur quatre chez les conducteurs (77 %), selon les chiffres annoncés dimanche par la direction de l'entreprise ferroviaire, le trafic sera "très perturbé".

Sur les grandes lignes, la SNCF prévoit un TGV sur huit en moyenne, l'axe Sud-Est étant le plus impacté (1/10). Même chose pour les Intercités, dont sept lignes ne seront carrément pas desservies. Le patron de l'entreprise Guillaume Pepy avait averti que des lignes seraient "fermées".

Sur les lignes régionales, un TER et un Transilien sur cinq sont annoncés. En Île-de-France, la circulation des RER sera variable selon les axes, allant d'un train sur deux à un sur cinq. Certaines branches ne seront pas desservies

Les prévisions de la SNCF
FRANCE 24

Un mouvement qui se conjuguera dans les airs avec la quatrième journée de grève chez Air France pour les salaires, les 10 et 11 avril.

Pas de panique pour autant. Pour vous aider à vous déplacer pendant les 36 jours de grève programmés jusqu'en juin, à raison de 12 jours par mois, France 24 vous propose un petit guide de survie grâce aux moyens de transports alternatifs

Le covoiturage

Pour ceux qui ne connaissent pas ce mode de transport, le principe est simple : partager un trajet avec un automobiliste et partager tous les frais inhérents comme l’essence ou le péage. De nombreux sites existent en France mais le plus connu reste Blablacar, qui a d’ailleurs constaté "deux fois plus d’inscription ces derniers jours qu’une semaine normale", selon son porte-parole, Robert Morel.

Pour les trajets domicile/travail ou domicile/université quotidiens, "BlaBlaLines" est l’application dédiée aux trajets courts et fréquents. Pour les grèves, l’application propose une gratuité sous conditions. "L'offre est valable sur toute la France du 22 mars à la fin des grèves, pour tout covoiturage réellement effectué par l'intermédiaire de l'application BlaBlaLines et validé par votre localisation, avec des personnes que vous ne connaissiez pas avant le premier trajet. Cette offre est limitée à un aller-retour par jour par personne et à quatre trajets avec la même personne durant la période de l'opération", peut-on lire sur le site.

Même principe ou presque pour Autostop-citoyen "une démarche d’entraide citoyenne pour faciliter les déplacements en période de grève. Complémentaire aux plateformes de covoiturage existantes, cette initiative est une alternative simple, sans intermédiaire et sans formalité". Il suffit d’aller sur le site pour télécharger les documents nécessaires en tant que conducteur ou en tant qu’utilisateur : un macaron à poser sur le pare-brise pour le premier, une affiche pour indiquer la destination pour l’usager.

Les cars "Macron"

Au sein des trois compagnies de "cars Macron" actives en France, Isilines, filiale du groupe Transdev, a vu ses réservations "tripler par rapport à la normale, sur l'ensemble des lignes, tant pour les courtes distances que les Paris-Lyon ou Paris-Marseille", a indiqué à l'AFP son directeur général, Hugo Roncal, dimanche soir. "Sur ces deux jours de grève, nous avons plusieurs dizaines de milliers de passagers en plus, c'est un niveau comparable à celui d'un 23 décembre ou une veille de 14 juillet", précise-t-il.

Du côté du concurrent FlixBus, les réservations ont bondi de 60 % pour mardi. "Nous étions à + 40 % jeudi soir, et là on a beaucoup, beaucoup, beaucoup de réservations de dernière minute", précise à l'AFP Yvan Lefranc-Morin, directeur général de FlixBus France. La société mettra 300 cars en circulation mardi, soit 50 de plus qu'en temps ordinaire et constate déjà des réservations en hausse de 30 % pour les 8 et 9 avril, les deux jours suivants de grève.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.