Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Découvertes

La NASA mise sur un essaim d'abeilles-robots aux énormes ailes pour faire des prélèvements sur Mars

© Jamie Cooper/SSPL/Getty Images

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 02/04/2018

Ces insectes robotisés sont un projet d'innovation sélectionné parmi plus de 200 propositions reçues par la NASA. Ils devraient compléter le travail que fait déjà le rover Curiosity sur Mars, efficace mais pas encore assez rapide pour la NASA.

Ils sont présentés comme assez agiles pour voler à la surface de Mars et explorer les moindres recoins de la planète rouge. Financés par la NASA, ces robots en forme d'abeilles surnommés les "Marsbees" font la taille de bourdons mais possèdent d'immenses ailes capables de les laisser planer dans l'atmosphère martienne, laquelle est environ 100 fois plus fine que celle de la Terre.

VOIR AUSSI : Elon Musk estime que le vaisseau pour Mars sera prêt pour des vols test en 2019

Ces insectes robotisés ont été inventés par le docteur Chang-kwon Kang de l'université de l'Alabama, aidé par des scientifiques américains et japonais. Blindés de capteurs et de dispositifs de communication sans fil, ils vont pouvoir cartographier la surface de la planète Mars, prélever des échantillons sur place et se mettre à la recherche de tout éventuel signe de vie, notamment sous la forme d'émissions de méthane. Grâce à leur base mobile, les "Marsbees" pourront se recharger de façon autonome. 

Le déploiement de cette prouesse technologique est censé compléter le travail du rover Curiosity, un outil efficace mais relativement lent.

Entre le lancement prévu pour mai 2018 d'InSight, l'atterrisseur qui doit se poser sur la surface de Mars avec un sismomètre et un capteur de flux de chaleur, celui du rover ExoMars en 2020 et le vaisseau que prépare Elon Musk, l'exploration de la planète rouge semble plus que jamais sur tous les agendas scientifiques et spatiaux.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 02/04/2018