Accéder au contenu principal

Donald Trump veut envoyer l'armée défendre la frontière sud avec le Mexique

Donald Trump a visité la zone frontalière le 13 mars dernier pour inspecter les prototypes de mur.
Donald Trump a visité la zone frontalière le 13 mars dernier pour inspecter les prototypes de mur. Mandel Ngan, AFP

Le président américain a promis mardi qu'il enverrait des soldats protéger la frontière sud avec le Mexique. Il a accusé les autorités mexicaines et son prédécesseur Barack Obama de laxisme sur ce dossier.

PUBLICITÉ

En attendant qu'on le laisse construire son "grand et beau mur" à la frontière avec le Mexique, le président américain Donald Trump n'a pas l'intention de lésiner sur les moyens. Mardi 3 avril, il a déclaré qu'il allait envoyer des soldats de l'armée l'américaine défendre cette zone, rendue poreuse selon lui par le laxisme des autorités mexicaines et les décisions délibérées de son prédécesseur, Barack Obama.

"Jusqu'à ce que nous ayons un mur et une sécurité adéquate, nous allons protéger notre frontière avec notre armée, c'est un grand pas. Nous ne l'avons jamais fait auparavant, en tout cas pas beaucoup", a déclaré Donald Trump en marge d'une rencontre avec les trois dirigeants des États baltes à la Maison Blanche.

"Nous aurons une réunion bientôt avec le général Mattis (ministre de la Défense) et tout le monde", a-t-il précisé ensuite lors d'une conférence de presse.

La Garde nationale, un corps de réserve de l'armée américaine, est intervenue en 2010 et en 2006-2008 à la frontière. Selon une loi de 1878, l'armée régulière ne peut intervenir sur le territoire américain dans un but relevant purement de politique intérieure.

L'éclairage de notre correspondante au Mexique, Laurence Cuvilier

Donald Trump remonté contre une caravane de migrants

Le dirigeant républicain fait monter la pression depuis le week-end dernier sur le Mexique et le Congrès américain pour qu'ils agissent chacun afin d'empêcher l'arrivée de clandestins aux États-Unis – un regain d'intérêt déclenché par les images d'une caravane de migrants d'Amérique centrale, principalement Honduriens, déterminés à rejoindre les États-Unis et se trouvant pour l'instant dans le sud du Mexique.

Ils ne sont qu'un millier environ, mais ont déjà provoqué plusieurs tweets et diatribes du milliardaire. Donald Trump estime qu'il revient au Mexique de les arrêter car les lois mexicaines sont, selon lui, plus strictes que la législation américaine.

Il a mis la renégociation du traité de libre-échange nord-américain Aléna dans la balance... et s'est félicité que le Mexique ait apparemment agi à sa demande : "Je crois qu'ils le font, en tout cas il y a douze minutes, (la caravane) était en train d'être démantelée".

"Nous avons besoin d'un mur"

Il a en outre accusé Barack Obama d'avoir "fait des changements ayant tout simplement conduit à une absence de frontière", sans qu'on sache à quoi il faisait allusion. Mais il a souvent accusé le président démocrate de laxisme dans l'application des lois migratoires.

Il veut aussi que le Congrès affaiblisse les droits des réfugiés et des migrants. Le républicain se plaint de la pratique consistant à relâcher les clandestins interpellés, le temps d'attendre leur comparution devant un tribunal, ce qui peut prendre des mois voire des années.

"Nous avons besoin d'un mur qui mesure 1 100/1 300 kilomètres" le long de la frontière, a-t-il conclu. Actuellement, seules quelques centaines de kilomètres de la frontière de 3 200 km sont sécurisées par une forme ou une autre de clôture. Mais le Congrès a jusqu'à présent refusé de dégager les crédits nécessaires.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.