Accéder au contenu principal

Ligue des champions : le Real Madrid et le Bayern Munich aux portes des demies

Cristiano Ronaldo, auteur d'un but de légende sur la pelouse de la Juventus Turin
Cristiano Ronaldo, auteur d'un but de légende sur la pelouse de la Juventus Turin Alberto Pizzoli, AFP

Porté par un sublime doublé de Cristiano Ronaldo, le Real Madrid a fait un grand pas vers les demi-finales de la Ligue des champions après avoir étrillé la Juve à Turin (0-3). À Séville, le Bayern Munich s'est lui aussi facilité la tâche (1-2).

Publicité

L’affiche, redite de la finale 2017, avait de quoi faire rêver… elle a tenu toutes ses promesses. Au terme d’un quart de finale aller d’une grosse intensité, le Real Madrid a fait un grand pas en direction des demi-finales de la Ligue des champions, en allant chercher un probant succès sur la pelouse de la Juventus Turin (0-3). Un déplacement victorieux marqué du sceau de Cristiano Ronaldo, et qui s’est dessiné d’entrée de jeu pour les hommes de Zinedine Zidane.

En début de rencontre, justement, la Juve semblait avoir totalement oublié qu’il s’agissait d’un quart de finale de C1… Le Real Madrid, par l’intermédiaire de CR7, s’est chargé de lui administrer la piqûre de rappel. Dès la troisième minute, la star portugaise de la "maison blanche" a repris victorieusement un centre au cordeau d’Isco et plombé l’ambiance d’un Stadio Juventus plein à craquer (0-1, 3e).

Un 13e but pour Ronaldo en Ligue des champions cette saison qui a tout de même eu pour effet de sortir les locaux de leur torpeur. Dominés durant le premier quart d’heure, les Bianconeri ont fini par s’enhardir et Higuain est passé tout près de concrétiser cet élan. Parfaitement alerté aux six mètres par Dybala sur coup franc, l’Argentin a repris à bout portant devant Navas, auteur d’une parade d’exception pour préserver l’avantage madrilène (22e).

Magistral Cristiano Ronaldo

Par la suite, De Sciglio (34e) et surtout Chiellini (38e), ont tous les deux eu des munitions pour faire de même, mais sans succès. Entre-temps, Kroos avait même failli accentuer la marge du Real d’une lourde frappe, que Buffon n’a pu qu’accompagner du regard sur sa barre transversale (36e).

Au retour des vestiaires, la Juve a bien essayé de prendre le contrôle du ballon face à un Real Madrid plus solide qu’inspiré. Volontaires, les Bianconeri ont été plombés par leur manque d’application dans le dernier geste. Et sur un contre éclair mené côté droit par Benzema, Cristiano Ronaldo est passé tout près de s’offrir un doublé (50e).

Puis, juste après l’heure de jeu, le coup de tonnerre. Sur un centre de Carvajal, CR7 s’est fendu d’une sublime bicyclette pour le but du break, un geste qui marquera sans nul doute l’histoire de la compétition (0-2, 64e). Avant que, deux minutes plus tard, la Juve ne perde totalement pied avec l'exclusion de Dybala pour une rugueuse intervention sur Carvajal.

Réduits à dix, les Bianconeri ne se sont plus jamais montrés dangereux. Et le Real s’est chargé de clore tout suspense par Marcelo à vingt minutes du terme de la rencontre (0-3, 72e). Seule ombre au tableau pour les hommes de Zidane, le carton jaune reçu par Sergio Ramos qui le privera du quart de finale retour, la semaine prochaine, à Bernabeu. Mais au vu du scénario de la soirée, nul doute que la frustration du roc madrilène sera passablement amoindrie.

Le Bayern également en marche

Si le Real Madrid n’aura plus qu’à composter son billet pour les demi-finales dans une semaine, le Bayern Munich a également posé une sérieuse option sur le dernier carré. Bousculés par une équipe du FC Séville entreprenante, les Bavarois sont allés chercher une victoire cruciale en terre andalouse, parvenant à renverser un hôte émoussé physiquement.

Les Sévillans avaient pourtant ouvert le score par Sarabia dès la demi-heure de jeu (1-0, 32e), mais un csc de Navas dans la foulée (1-1, 37e) a permis aux coéquipiers de Franck Ribéry de recoller. Et après la pause, la machine s'est mise en route. Une nette domination qui a fini par se traduire au score grâce à Alcantara (1-2, 68e).

Au retour, à Munich, le FC Séville devra donc marquer à deux reprises s’il veut éliminer le Bayern. Pas impossible mais tout de même peu probable au vu des forces en présence.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.