Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : un hommage national aux harkis le 25 septembre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Quelles solutions pour la crise financière de l'UNRWA ?

En savoir plus

L’invité du jour

Mamane : "Nous les humoristes, nous sommes les médecins de la société"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Karin Kneissl : "L'UE perd son temps avec les sanctions contre la Pologne et la Hongrie"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Réforme du droit d'auteur : et maintenant ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ariane, succès européen, défi américain"

En savoir plus

Moyen-Orient

Israël annonce l'annulation de l'accord avec l'ONU sur les migrants africains

© Archive AFP | Benjamin Netanyahou, Premier ministre d'Israël.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/04/2018

Israël a annoncé, mardi, l'annulation de l'accord avec l'ONU prévoyant la régularisation de migrants africains et la réinstallation d'un certain nombre d'entre eux vers des pays occidentaux.

L'accord avec l'ONU devait permettre d'annuler un programme controversé d'expulsions. Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a annoncé, mardi 3 avril, l'annulation de cet accord qui prévoyait la régularisation de milliers de migrants africains en Israël et la réinstallation d'un certain nombre d'entre eux dans des pays occidentaux.

"Après avoir entendu de nombreuses remarques sur cet accord, j'ai examiné les avantages et les inconvénients et décidé d'annuler cet accord", a affirmé Benjamin Netanyahou, selon un communiqué de son bureau. Il avait suspendu lundi soir l'application de cet accord, quelques heures seulement après son annonce.

L'éclairage de notre correspondant en Israël

Le Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU espère qu'Israël va "bientôt reconsidérer" sa décision d'annuler l'accord. "Nous continuons de croire dans la nécessité d'un accord gagnant-gagnant qui puisse bénéficier à Israël, à la communauté internationale et aux personnes qui ont besoin d'un asile", a expliqué à l'AFP William Spindler, porte-parole du HCR.

>> À lire : L'ONU exhorte Israël de renoncer à son plan de renvoi forcé de migrants africains

L'accord avait vocation à se substituer à un programme d'expulsions ayant fait l'objet d'une vive controverse et qui a été annulé.

Annoncé lundi, il prévoyait la réinstallation de plus de 16 000 Soudanais et Érythréens vivant en Israël dans des pays occidentaux. En échange, l'État hébreu s'engageait à donner un titre de séjour à un nombre équivalent devant rester sur son territoire.

Les femmes et les enfants n'étaient pas menacés

"Malgré les restrictions juridiques et difficultés croissantes, nous allons continuer avec détermination à tout mettre en œuvre pour sortir les clandestins du pays", a clamé mardi Benjamin Netanyahou dans le communiqué de son bureau.

D'après les autorités israéliennes, 42 000 migrants africains vivent actuellement en Israël. Les femmes et les enfants n'étaient pas menacés par le plan initial d'expulsions.

>> À lire sur les Observateurs : En Israël, les migrants ont le choix entre expulsion ou incarcération

Ces migrants sont arrivés majoritairement après 2007, à partir du Sinaï. La frontière à l'époque poreuse avec l'Égypte a depuis été rendue quasiment hermétique. Ils se sont installés en nombre dans des quartiers pauvres de Tel-Aviv, la grande ville côtière d'Israël.

>> À écouter sur RFI : Israël et la délicate question des migrants

Première publication : 03/04/2018

  • CRISE MIGRATOIRE

    Israël suspend la mise en place de son accord avec l'ONU sur les migrants africains

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Israël a "droit" à un territoire, estime le prince héritier saoudien

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Violences à Gaza : un 17e Palestinien décède, Israël refuse toute enquête indépendante

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)