Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Winnie Mandela, mort d'une sœur d'armes"

France 24

Dans la presse, ce mardi 3 avril, les réactions au revirement de Benjamin Netanyahou à propos de la réinstallation, dans des pays occidentaux, des clandestins africains vivant actuellement en Israël. Une interview de Mohamed Ben Salman d’Arabie saoudite. La réélection d’Abdel Fattah al-Sissi en Égypte. Et la mort de Winnie Mandela.

Publicité

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Dans la presse, ce matin, la surprise face à la volte-face de Benjamin Netanyahou, qui a finalement annoncé hier soir sa décision de suspendre un accord conclu, selon lui, avec plusieurs pays occidentaux.

D’après le Premier ministre israélien, son pays aurait conclu un accord avec l’ONU pour la réinstallation de plus de 16 000 clandestins, originaires en majorité d’Erythrée et du Soudan, vers des pays développés comme le Canada, l’Allemagne ou l’Italie. Rome et Berlin déclarent ne pas avoir conclu cet accord, et Benjamin Netanyahou affirme désormais avoir décidé de le suspendre pour «en repenser les termes», après les nombreuses critiques qu’il avait provoquées. «Une volte-face incroyable», d’après le site américain The Atlantic, qui présente ce revirement comme une «rare manifestation publique de faiblesse de la part de Benjamin Netanyahou», et comme «le signe de l’énorme pression exercée par l’aile droite de sa coalition» - comme «un exemple extrême des dangers associés à la question des migrants et des clandestins. Une question qui peut vite se transformer en piège pour les dirigeants, pris en étau entre la politique intérieure et les exigences de la communauté internationale».

La délégation européenne en Israël exprime elle aussi son étonnement. Dans un Tweet publié hier soir, elle réagit d’ailleurs avec un certain fatalisme: «On va dire que c’est un de ces mauvais jours. A 20h57, on félicite Israël et les réfugiés pour leur accord. Deux heures plus tard, le Premier ministre décide de le suspendre, en blâmant, entre autres, l’Europe, où le Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés espérait réinstaller un nombre significatif d’entre eux».

Toujours au Proche-Orient, le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohamed Ben Salmane déclare qu'Israël a le droit de vivre en paix sur son territoire. Ces propos sont extraits d’une interview accordée par le prince héritier d'Arabie saoudite à The Atlantic, à l’occasion de sa visite aux Etats-Unis, où il dit, plus précisément, que les Israéliens et les Palestiniens «ont le droit d'avoir leur propre terre». Dans cette interview, Mohamed ben Salmanerépète également ses critiques sur le guide suprême iranien Ali Khamenei, dont il compare les ambitions territoriales à celles d'Adolf Hitler au temps du nazisme. «A côté du guide suprême iranien, Hitler semble gentil». «Hitler a tenté de conquérir l'Europe», «le guide suprême tente de conquérir le monde».

En Egypte, Abdel Fattah al-Sissi a été réélu président pour un second mandat avec plus de 97% des voix. Cette victoire donne lieu à cette déclaration enamourée du journal pro-gouvernemental Ahram: «le peuple a dit à Abdel Fattah Al-Sissi: poursuis ta mission!». Une déclaration à laquelle le quotidien égyptien imagine cette réponse du chef de l’Etat: «Je renouvelle avec les Egyptiens le pacte d’honnêteté que nous avons conclu ensemble, pour la stabilité et la prospérité du pays». On est en revanche un peu moins amène du côté du journal panarabe basé à Londres, Al Quds Al Araby, qui dénonce le «scandale», de ces élections, marquées par le taux de participation le plus faible, depuis le départ de l’ancien président Hosni Moubarak - malgré les tentatives d’intimidation du gouvernement, qui a fait tout ce qui était en son pouvoir pour amener les électeurs aux urnes.

Un mot, également, de la disparition de l’ancienne épouse de Nelson Mandela, Winnie Mandela. Cette figure de la lutte contre l’apartheid fait la Une de la presse sud-africaine, notamment du Herald, qui évoque «les larmes et les hommages» rendus à Winnie Mandela. La militante aura brandi le poing jusqu’au bout, salue le journal, qui la montre lors du 54ème congrès de l’ANC à Johannesburg, en décembre dernier. Winnie Mandela, toujours le poing levé, à la Une du Sowetan: «The spear has fallen». «La lance est tombée», annonce le journal, en référence au groupe fondé par Nelson Mandela, «Spear of the nation», qui fut la branche armée de l’ANC. Die Burger, lui, a choisi de montrer Winnie Mandela aux côtés de celui qui fut plus que son mari, son frère d’armes, Nelson Mandela. «La fin d’une époque», titre avec nostalgie le journal en langue afrikaans.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.