Accéder au contenu principal

Une fusillade au siège de YouTube fait trois blessés, la tireuse se suicide

Les forces de police se tiennent à l’extérieur du siège de YouTube, à San Bruno, le 3 avril 2018, après une fusillade dans le bâtiment.
Les forces de police se tiennent à l’extérieur du siège de YouTube, à San Bruno, le 3 avril 2018, après une fusillade dans le bâtiment. Justin Sullivan, AFP

Une femme a ouvert le feu, mardi, sur le campus de YouTube, en Californie, faisant trois blessés, avant de se donner la mort. Les forces de l'ordre privilégient la piste d'un différend d'ordre privé ou familial.

Publicité
  • Une femme a ouvert le feu avec une arme de poing, mardi 3 avril, sur le campus de YouTube à San Bruno, en Californie, blessant trois personnes avant, semble-t-il, de se suicider avec son arme.
     
  • Selon un porte-parole de l'hôpital Zuckerberg General de San Francisco, qui a accueilli les trois blessés par balles, il s'agit de deux femmes de 32 ans et 26 ans, la première étant dans un état "sérieux" tandis que la seconde est atteinte moins gravement. Un homme de 36 ans est quant à lui dans un état "critique".
     
  • La fusillade de mardi ne relève pas d'un attentat, a déclaré à Reuters un responsable de la sécurité du gouvernement. La police, qui n'a fourni aucun nom, a évoqué un différend d'ordre personnel.
     
  • Selon le San Francisco Chronicle, la suspecte, identifiée comme une femme de 38 ou 39 originaire du sud de la Californie, était furieuse contre YouTube, qu'elle accusait sur son propre site internet de censurer ses vidéos. Selon le Mercury News, le père de cette femme a confirmé qu'elle haïssait YouTube.
     
  • Le patron de Google Sundar Pichai, maison-mère de YouTube, a évoqué dans un message écrit aux salariés "une tragédie inimaginable".
     
  • "Nos pensées et nos prières sont avec toutes les personnes impliquées", a tweeté le président américain Donald Trump. "Merci à nos phénoménaux officiers des forces de l'ordre et aux secouristes qui sont actuellement sur place."
     
  • Cette nouvelle fusillade intervient en plein débat sur les armes à feu aux États-Unis. Plus de 1,5 million de personnes ont participé le 24 mars à la "Marche pour nos vies" à travers le pays, demandant un plus grand contrôle des armes à feu. Ces rassemblements sont les plus importants du pays en au moins deux décennies.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.