Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie turque fragilisée par l'inflation et la chute de la monnaie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un accueil saoudien royal pour Imran Khan"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Salzbourg au centre la scène européenne

En savoir plus

Découvertes

Et soudain, le dernier retweet de Jean-Vincent Placé prend tout son sens

© Rindoff/Charriau/Getty Images

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 05/04/2018

L'ex-sénateur de l'Essonne vient de passer une nuit en garde à vue pour outrage à agent au cours de son arrestation dans un bar parisien où il était ivre. Son dernier retweet, effectué il y a quelques jours, était presque prémonitoire.

On a tous vécu ces gueules de bois un peu tragiques, quand on essaie péniblement de se remémorer les détails de la veille en tentant de rassembler les tickets de carte bleue enfouis dans nos poches. Mais Jean-Vincent Placé risque, lui, de regretter un peu plus amèrement sa dernière cuite.

VOIR AUSSI : La bière est un meilleur antidouleur que le paracétamol, affirme une étude

Comme l'a remarqué Paul Larrouturou, journaliste politique pour l'émission de TMC Quotidien, la dernière interaction de Jean-Vincent Placé sur Twitter est le retweet d'un message posté par une utilisatrice du réseau social nommée Beatrix B, qui confiait grosso modo être sobre, et "s'emmerder prodigieusement". Soit.

Mais quatre jours plus tard, dans la nuit de mercredi 4 au jeudi 5 avril, l'homme politique est arrêté en état d'ébriété dans un bar du VIe arrondissement de Paris ("La Piscine", pour les curieux), avec 1,16 g d’alcool dans le sang. Placé en garde à vue, il est actuellement entendu pour des faits d'"outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique, insulte à caractère raciale et violence sans incapacité commise sous l'empire de l'ivresse".

L'ancien secrétaire d'État aurait tout de même tenté de forcer une jeune femme de 21 ans à danser avec lui en échange d'une rémunération. Il s'en serait pris verbalement à elle après avoir essuyé un refus, selon Europe 1. Ensuite, après avoir cherché à intimider un employé en prétendant être "un ministre français", il aurait dit au portier : "Ici on n'est pas au Maghreb, tu sais pas qui je suis, je vais te renvoyer en Afrique". 

Évidemment, il n'a pas accès à son compte Twitter depuis sa cellule de dégrisement, ce qui fait que le-dit tweet est placé (ha-ha-ha) tout en haut de son profil pour le moment. C'est ce qu'on appelle un tweet prémonitoire. Le karma.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 05/04/2018